Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Une Corse jaune et rouge ce week-end

vendredi 30 novembre 2018 à 17:06 Par Alexandre Sanguinetti, France Bleu RCFM

Ce week-end, à nouveau, les gilets jaunes ont prévu de manifester dans les principales agglomérations de l’île. S’y adjoindront des gilets rouges, les gilets jeunes et des militants d’Inseme A Manca.

Les gilets jaunes, le 19 novembre, au rond-point n°4
Les gilets jaunes, le 19 novembre, au rond-point n°4 © Radio France - Jean Pruneta

Ajaccio, Corse, France

Les gilets jaunes ne désarment pas. Pas plus en Corse que sur le continent. Le mouvement, débuté le 17 novembre dernier, se poursuit, même s’il semble s’être quelque peu essoufflé. Plusieurs appels à manifester ont été lancés, notamment via les réseaux sociaux, dans les trois principales agglomérations insulaires.

Les gilets jaunes libérant l'accès au dépôt pétrolier de la Marana - Radio France
Les gilets jaunes libérant l'accès au dépôt pétrolier de la Marana © Radio France

Les semaines passées, des barrages filtrants avaient été mis en place par les gilets jaunes, notamment sur la route du Lazaret à Ajaccio, sur la Route Territoriale au sud de Bastia (rond-point de Ceppe, rond-point de Casamozza et rond-point n°4) ou encore au rond-point des 4 chemins à Porto-Vecchio. Tout cela simultanément ou alternativement. Ce samedi, des ralentissements sont à prévoir du côté de Biguglia et du rond-point n°4.

Une touche de rouge

Ce samedi (30/11), les gilets rouges seront aussi de la partie, même si les gilets jaunes n’y sont pas favorable, y voyant une récupération politique : « c’est un mouvement apolitique », s’insurge un gilet jaune, « nous ne voulons pas des drapeaux rouges des syndicats », conclut-il. Des gilets rouges qui se rassembleront pourtant, à l’appel de la CGT, ce samedi à 10h30, devant les grilles de la préfecture de Bastia. Le syndicat qui réclame pêle-mêle : "l'augmentation des salaires, des pensions et des prestations sociales, l'indemnisation de tous les demandeurs d'emploi, le maintien des services publics, l'arrêt des cadeaux aux plus riches et le rétablissement de l'ISF".

La CGT qui a aussi des revendications plus insulaires : « En Corse, la vie chère et les bas salaires mettent dans les pires difficultés une partie croissante de la population ; malgré une TVA plus faible, les prix sont largement supérieurs. Mais rien n’est fait pour faire baisser les prix alimentaires, des transports, du carburant ou améliorer l’accès au logement alors que la Corse manque cruellement de logements sociaux ».

A Ajaccio, c’est le nouveau mouvement de gauche (né de la fusion des cendres de la Corse Insoumise avec A Manca Naziunale) Inseme A Manca qui appelle les citoyens à se rassembler. Là aussi, rendez-vous est donné à 10h30, devant la préfecture de région, cours Napoléon.

Les militants Inseme A Manca prêts pour samedi - Radio France
Les militants Inseme A Manca prêts pour samedi © Radio France - Maxime Becmeur

« Une question est souvent venue dans les discussions qui se sont engagées avec les passants lors des précédentes manifs : maintenant qu'est-ce qu'on fait ? », explique le communiqué d’Inseme A Manca. « Comment faire plier notre Jupiter national et son gouvernement, au service exclusif des plus riches ? La lutte continue. Inseme A Manca y prendra sa part ».

Et une touche de jeunes...

Par ailleurs, au niveau national, des étudiants et des lycéens ont décidé de rejoindre le mouvement. Ils s'appellent eux-mêmes les gilets jeunes. Dylan Champeau a moins de vingt ans. Il est de Porto-Vecchio et étudiant en droit à l'université de Nice : « Qu’avez-vous fait M. Macron depuis votre élection ? La baisse des APL pour des millions de jeunes. Plus les frais de dossiers pour un studio ou un logement CROUS. Vous avez augmenté le prix du carburant et les jeunes du rural, ça les touche. M. Macron, que faites vous pour les jeunes qui sont au chômage ? », s’interroge encore le jeune militant d’Inseme A Manca dont la vidéo sur facebook a déjà fait plus de 165.000 vues.