Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Société

Une députée de Vendée découvre un mur de parpaings devant sa maison

dimanche 6 janvier 2019 à 21:29 - Mis à jour le lundi 7 janvier 2019 à 10:20 Par Louis de Bergevin, France Bleu Loire Océan et France Bleu

Ce dimanche 6 janvier à neuf heures du matin, la députée Modem de la deuxième circonscription de Vendée, Patricia Gallerneau, a découvert un mur de parpaings devant sa maison. Impossible d'en sortir. Elle pense à un acte des gilets jaunes et a porté plainte.

Un mur de parpaings érigé devant la maison de cette députée Modem de vendée
Un mur de parpaings érigé devant la maison de cette députée Modem de vendée - Patricia Gallerneau

Talmont-Saint-Hilaire, France

De la surprise d'abord pour Patricia Gallerneau, députée Modem de la deuxième circonscription de Vendée, quand elle a découvert que la seule sortie de son domicile était murée ce dimanche 6 janvier au matin, à Talmont-Saint-Hilaire. Un mur d'un mètre cinquante de haut érigé en parpaings.

Un mur de parpaings érigé devant la maison de cette députée Modem de Vendée - Aucun(e)
Un mur de parpaings érigé devant la maison de cette députée Modem de Vendée - Patricia Gallerneau

"Ils ont été prélevés sur le chantier voisin" explique la députée qui pense à un acte des gilets jaunes. "On y pense parce qu'ils ont opéré ainsi dans pas mal d'endroits. Mais ce n'est pas non plus écrit par exemple : C'est moi, gilet jaune, qui ai voulu emmurer madame Gallerneau." Il faut savoir que l'entrée du service des impôts des entreprises du centre des finances publiques au Château d'Olonne (Vendée) avait été murée le 3 décembre dernier, avec une inscription "Macron démission", qui est l'un des slogans des gilets jaunes (photo ci-dessous). Or, ce service fiscal est dirigé par le conjoint de la députée Patricia Gallerneau.

Le service des impôts des entreprises du Château d'Olonne (Vendée), le 3 décembre 2018 (photo de la députée Patricia Gallerneau) - Aucun(e)
Le service des impôts des entreprises du Château d'Olonne (Vendée), le 3 décembre 2018 (photo de la députée Patricia Gallerneau) - Patricia Gallerneau

Du découragement et de la déception

A chaud, juste après la découverte du mur, Patricia Gallerneau a posté un message sur Facebook. Elle y exprime sa déception. 

"Je mène a fond ce mandat de député, explique Patricia Gallerneau. Je trouve que c'est un énorme challenge. J'ai envie de le faire à fond. Je suis à l'écoute, je n'ai jamais refusé aucun rendez-vous. _Je me suis rendue sur un rond point, j'ai discuté_. Chaque fois que j'ai eu une demande de rencontre, j'ai accepté et j'ai écouté" , énumère la députée de la majorité qui est inquiète pour "le dialogue à venir, pour cette grande consultation."

Le mur de parpaings érigé devant la maison de cette députée Modem de Vendée - Aucun(e)
Le mur de parpaings érigé devant la maison de cette députée Modem de Vendée - Patricia Gallerneau

Qu'on vienne dire "il faut monter un mur devant chez elle" c'est une question d'amour propre, un peu de déception de se dire "je suis quelqu'un de dialogue et ce n'est pas du tout reconnu". - Patricia Gallerneau

La députée a porté plainte. Ce dimanche après-midi, avec son mari, et aidée par les gendarmes, elle a "démonté" ce mur de parpaings érigé devant son domicile. Il faut savoir que la permanence parlementaire de Patricia Gallerneau avait été dégradée en avril 2018 (avant le mouvement des gilets jaunes donc), à la Roche-sur-Yon, une vitre avait été brisée de nuit, et la députée avait porté plainte, déjà.