Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

PHOTOS - Une deuxième vie pour l'Institut Dolomieu sur les pentes de la Bastille à Grenoble

-
Par , France Bleu Isère

Un des bâtiments en friche des contreforts de la Bastille à Grenoble va devenir une résidence hôtelière d'ici trois ans. L'institut Dolomieu, abandonné par l'Université de Grenoble depuis 2001 et complètement délabré, va être réhabilité par le promoteur Axis tout en gardant son caractère d'origine.

Un bâtiment déserté par l'université depuis 2001
Un bâtiment déserté par l'université depuis 2001 © Radio France - Véronique Saviuc

Grenoble, France

Une friche qui peut devenir une "pépite" 

Quand on rentre aujourd'hui dans ce qui était pendant 40 ans l'institut Dolomieu avec ses salles de cours et amphithéatre, on doit marcher dans les gravats, au mieux des tessons de bouteilles et des herbes folles.  Ce bâtiment abandonné par l'université de Grenoble depuis 2001 est maintenant devenu le rendez-vous des adolescents grenoblois, des taggeurs, squatteurs ou joueurs de paintball.

Le projet présenté par Axis (Crédit photo Axis) - Aucun(e)
Le projet présenté par Axis (Crédit photo Axis) -

"C'est une friche qui va peut-être devenir une pépite"  a déclaré le maire de Grenoble Eric Piolle au moment où le promoteur Axis présentait son projet de réhabilitation de l'ancien institut Dolomieu abandonné par l'université de Grenoble depuis 2001 sur les pentes de la Bastille.

Reportage Véronique Saviuc

137 appartements et 90 postes de "coworking"

Axis va transformer le bâtiment en appartements et en espace de "coworking". Le promoteur veut développer à Grenoble un concept venu des Etats-Unis, The Babel Community, et déjà réalisé à Marseille et Montpellier

Un bâtiment délabré et couvert de tags  - Radio France
Un bâtiment délabré et couvert de tags © Radio France - Véronique Saviuc

Il s'agit de faire de ce bâtiment rendu à l'Etat en 2001, vendu aux enchères en 2016 et racheté en 2018 par Axis une résidence hotelière de 137 appartements jumelée avec  un espace de travail collectif de 90 postes de travail. On y trouvera aussi un bar ouvert à tous, ainsi qu'un restaurant panoramique et des salles de conférence sur le toit. 

"Coliving" et "coworking" dans un même bâtiment - Aucun(e)
"Coliving" et "coworking" dans un même bâtiment - Crédit photo Axis

Une résidence pour de nouveaux arrivants âgés de 25 à 35 ans

"Chez Babel, on loge une population de nouveaux arrivants dans des villes qui ont entre  25 et 35 ans, et qui cherchent des lieux où s'installer tout de suite, meublés et équipés",  explique Benoit Jobert, co-fondateur d'Axis et de Babel Community. "Ils louent au minimum un mois, et en moyenne 6 mois. On y trouve aussi des espaces privés où l'on vit confortablement, et des espaces communs, salle de sport, restaurant, bar, avec une communauté de gens qu'on ne connaît pas forcément puisqu'on vient d'arriver dans la ville."

Le projet d'Axis a été présenté ce lundi sur le site de l'institut Dolomieu - Radio France
Le projet d'Axis a été présenté ce lundi sur le site de l'institut Dolomieu © Radio France - Véronique Saviuc

Un grand respect pour le caractère d'origine du bâtiment

La carcasse du bâtiment,  que connaissent bien les grenoblois, va être conservée, ainsi que le caractère d'origine, avec de grandes baies vitrées donnant sur la ville de Grenoble et les montagnes environnantes. 

Pour Philippe Commeau, l'architecte et dirigeant de l'agence Unanime dans les Alpes,  il était important de respecter ce bâtiment  et le travail de son prédécesseur "comme on respecte une vieille dame", surtout qu'il a été lui-même étudiant à Grenoble, et qu'il connaissait ce lieu emblématique.

Une vue panoramique sur le bassin grenoblois et les montagnes environnantes - Radio France
Une vue panoramique sur le bassin grenoblois et les montagnes environnantes © Radio France - Véronique Saviuc

"Il y aura de nouveaux planchers construits, et on va enlever l'escalier monumental qui allait vers l'amphithéâtre", explique l'architecte. "Mais l'aspect extérieur va rester le même, ainsi que les matériaux. Ce qui va changer seulement, c'est l'aménagement du toit-terrasse panoramique". C'est là que sera  installé le restaurant, ainsi que des salles de conférences et de séminaires qui pourront être louées par des entreprises extérieures. 

Un rendez-vous de taggeurs, squatteurs et joueurs de paintball - Radio France
Un rendez-vous de taggeurs, squatteurs et joueurs de paintball © Radio France - Véronique Saviuc

Une opération entièrement privée

Les travaux vont commencer le premier décembre, juste après l'officialisation de la vente du site à Axis, et vont durer 2 ans. L'opération est entièrement privée : 15 millions d'euros investis par Axis avec la Caisse des Dépôts et Consignations.  Mais le maire de Grenoble se réjouit de la disparition de cette friche sur les pentes de la Bastille : "C'est important pour tous les grenoblois, pour l'image de Grenoble, pour la Bastille et pour les 300 000 personnes qui empruntent chaque année les "bulles", c'est-à-dire le téléphérique qui relie Grenoble à la Bastille et survole  le bâtiment à mi-pente. 

Deux ans de travaux seront nécessaires pour transformer les lieux en résidence hôtelière - Radio France
Deux ans de travaux seront nécessaires pour transformer les lieux en résidence hôtelière © Radio France - Véronique Saviuc

Comment améliorer les accès de la future résidence ?

Pour améliorer l'accès de la future Babel Community, les navettes entre le centre-ville et et la résidence seront renforcées. Et pourquoi pas des navettes autonomes ? "Cela s'y prêterait bien", estime le maire de Grenoble. Et une gare intermédiaire pour les "bulles" ? "C'est pour l'instant un simple rêve du promoteur" répond en souriant Eric Piolle, "mais ce n'est pas irréalisable"

L'ancien bâtiment de l'Institut de Géographie Alpine lui aussi abandonné depuis 2001 et en friche - Radio France
L'ancien bâtiment de l'Institut de Géographie Alpine lui aussi abandonné depuis 2001 et en friche © Radio France - Véronique Saviuc

Quel projet pour la friche voisine abandonnée aussi depuis 2001 ?

Reste une deuxième friche dont le destin n'est pas réglé, juste à côté, l'ancien bâtiment de l'Institut de Géographie Alpine, lui aussi aussi abandonné depuis 2001. Il a été vendu aux enchères à un privé en 2011, il y a eu, depuis , plusieurs projets de reconversion qui n'ont pas abouti. "On espère un effet d'entraînement", veut croire Eric Piolle , "et que le fait d'avoir trouvé une solution sur un  bâtiment permette de trouver un chemin pour le deuxième."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu