Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Une directive européenne inquiète les organisateurs de colos et de camps scouts

lundi 7 mai 2018 à 19:00 Par Thibaut Lehut, France Bleu

Une directive européenne qui entre en vigueur le 1er juillet prochain provoque l'inquiétude d'organisateurs de colonies de vacances et de camps scouts. Ils vont en effet devoir se plier à de nouvelles règles financières.

Un rassemblement de scouts d'Europe, en 2014.
Un rassemblement de scouts d'Europe, en 2014. © Maxppp -

Jusqu'à présent, les organisateurs d'accueils collectifs de mineurs (ACM) sans but lucratif bénéficiaient, pour les séjours sur le territoire français, d'une dérogation à l'obligation de s'immatriculer et de justifier d'une garantie financière. C'est terminé. Une directive européenne qui s'applique à partir du 1er juillet renforce les contraintes financières.

Forcer les structures à "appliquer les règles d'opérateurs de voyages"

Cette directive, appelée "Travel", date de de 2015. Elle a été transposée dans le droit français par une ordonnance et le décret est paru en décembre dernier. Au nom de la protection des consommateurs, elle oblige les organisateurs de ce type de séjours à "abonder un fonds de garantie" financière, explique à l'AFP François Mandil, délégué national des Scouts et Guides de France (SGDF, catholiques). "Les accueils collectifs de mineurs vont donc devoir s’inscrire au registre du tourisme et appliquer les règles d’opérateurs de voyages", précise-t-il à la radio RCF.

Un problème d'envergure, selon lui. "Nous, SGDF, à court terme, ça ne devrait pas nous poser trop de problèmes financièrement, mais la plupart des petits acteurs n'ont pas cette capacité", détaille-t-il. "À moins d'adhérer à un fonds de garantie collective du tourisme, ce qui veut dire perdre son indépendance", déplore François Mandil.

Une "vision marchande" des séjours

À ses yeux, cette directive "illustre une vision très marchande des accueils pour mineurs à but non lucratif" qui les assimile à du tourisme  alors qu'ils sont portés par des "militants de l'éducation populaire". Même son de cloche du côté du Mouvement rural de jeunesse chrétienne (MRJC), qui annonce une hausse des inégalités sociales et a lancé une pétition. "Être assimilé au tourisme et opérateurs de voyage transformera le champ de l'animation, en augmentant toujours plus les catégories d'enfants n'ayant plus accès aux vacances", dénonce l'organisation.

La Fédération du scoutisme français, qui rassemble les SGDF, les Éclaireurs (laïques), les Éclaireurs unionistes (protestants), les Éclaireurs israélites, les Scouts musulmans et les Éclaireurs de la Nature (bouddhistes), soit au total près de 130.000 jeunes, a été reçue à Matignon. "Les conseillers du Premier ministre nous ont dit qu'ils avaient conscience du problème et qu'ils cherchaient une solution, mais à ce stade ils n'en ont pas", déplore François Mandil.