Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Une école d'ostéopathie de Bordeaux en guerre contre le Ministère de la Santé

mercredi 19 août 2015 à 18:52 Par Florence Pérusin, France Bleu Gironde

A un mois de la rentrée universitaire, l'Institut d'Ostéopathie de Bordeaux (IOB) vient de perdre comme 14 écoles son précieux agrément de l'Etat. Son directeur a décidé de ne pas se laisser faire et d'aller en justice pour dénoncer une décision "arbitraire" à ses yeux.

Vincent STAF forme actuellement 68 étudiants dans son école des Chartrons
Vincent STAF forme actuellement 68 étudiants dans son école des Chartrons © Radio France - Florence Pérusin

Face à la recrudescence des formations en ostéopathie, le Ministère de la Santé a décidé de faire un grand coup de ménage cet été, en publiant une nouvelle liste d'écoles agréées par l'Etat. Sur les 37 dossiers qui ont été déposés, seuls 23 ont été validés . Parmi les 14 écoles recalées, l'Institut d'Ostéopathie de Bordeaux (IOB) qui a décidé de ne pas se laisser faire et d'attaquer cette décision devant le tribunal administratif.

"On a été décapités sur plan"

Le directeur de cette école, créée en 2011 à Bordeaux, et qui avait alors obtenu le fameux agrément, ne décolère pas. "J'ai rempli un dossier correspondant point par point aux demandes du ministère" explique Vincent Staf. "Une simple visite dans les locaux de l'école aurait permis à un représentant de l'ARS de s'en rendre compte !"Ce qui fait dire au directeur de l'IOB, que le ministère s'est clairement attaqué aux petites écoles comme la sienn,e pour faire le ménage, plutôt qu'aux grands groupes financiers qui possèdent eux, 11 écoles en France, et qui toutes ont obtenu ou conservé leur agrément.

"On veut erradiquer les petites écoles"

Les élèves jouent gros

Les 68 élèves de l'école bordelaise, qui vient d'emménager dans des locaux flambants neufs aux Bassins à Flots, ne comprennent pa,s eux non plus, cette décision.

"En 3e année, on est déjà capable de soulager certaines pathologies. On voit bien que les cours ici, sont de qualité" — Claire, une étudiante de l'IOB

En l'absence de ce fameux agrément, les élèves qui sortent de l'école après 5 ans d'étude, ne peuvent pas s'installer à leur compte. Le tribunal administratif de Bordeaux rendra sa décision lundi matin à 9h.