Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Une école de la deuxième chance en Vaucluse

-
Par , France Bleu Vaucluse

Décrochage scolaire, scolarité bouleversée par des problèmes de santé ou familiaux... l'École de la Deuxième Chance accueille depuis septembre 2019 une quarantaine de stagiaires à Avignon pour espérer reconstruire un parcours scolaire et professionnel vers l'emploi.

Une salle de cours de l'Ecole de la Deuxième Chance à Avignon
Une salle de cours de l'Ecole de la Deuxième Chance à Avignon © Radio France - Philippe Paupert

Pour couper le ruban de l'Ecole de la Deuxième Chance à Avignon, Alyson avait enfilé une tenue de boulangère. Elle rêve de ce métier,  deuxième chance pour la jeune femme de 23 ans qui a arrêté l'école en 6e parce qu'elle a été été placée "très jeune en famille d'accueil et en foyer. J'ai quitté l'école très tôt à mon grand regret !" 

La première École de la Deuxième Chance avait été créée il y a 20 ans à Marseille, mais il n'y en avait pas en Vaucluse. Depuis septembre, cette école accueille en zone de Fontcouverte à Avignon une cinquantaine de jeunes de 16 à 25 en situation d'échec scolaire. 

Décrochage scolaire, problèmes familiaux ou de santé

Certains stagiaires ont stoppé leur scolarité pour des raisons de santé, de décrochage scolaire ou lorsqu'ils ont été placés en foyer. Un enseignement adapté à leurs projets professionnels et à leurs lacunes permet d'envisager ensuite une formation qualifiante ou professionnelle. Maëlyn reconnaît que sa scolarité n'a pas été "normale" en raison de problèmes de santé : "j'ai arrêté au lycée". La jeune femme hésite entre "l'aide à la personne, la logistique ou s'occuper des animaux et des chevaux. Cette école est une opportunité pour faire des stages".

À 17 ans, Medhi faisait sa rentrée le jour de l'inauguration de l'école de la deuxième chance d'Avignon. Ce jeune avignonnais explique que "depuis deux ans, il est déscolarisé, depuis la classe de 3e. Rien faire de ses journées, c'est chiant. Je vois les gens que je faisais rire au collège se régaler aujourd'hui et moi je fais rien. Maintenant, je me dis qu'il faut que je réussisse ici."

Alyson: "jai quitté l'école en 6eme, trop tôt, à mon grand regret"

Pédagogie adaptée et rechercher des freins à la réussite

Dans cette école de la 2e chance, la pédagogie est adaptée. Gilles Befoda, le directeur, précise que l'enseignement se fait "à partir des centres d’intérêt des jeunes pour apprendre sans s'en rendre compte. Les stagiaires abordent les savoirs de base comme le français ou les mathématiques  en fonction de leurs compétences."

Lorsque la première chance est passée, Christine Pelerin, la coordinatrice pédagogique propose une autre pédagogie pour ne pas rater la 2e chance : "on va essayer surtout d'évaluer les freins sociaux, liés à la santé, financiers ou de mobilité. Ce sont des handicaps pour accéder à des formations ou l'emploi." 

Ailleurs en France, 61% des stagiaires des écoles de la deuxième chance accèdent à un emploi ou une formation.

Medhi "Je faisais rire au collège, j'ai été déscolarisé. Maintenant, je ne fais rien. c'est chiant"

Le préfet de Vaucluse a visité les classes de l'Ecole de la Deuxième Chance à Avignon - Radio France
Le préfet de Vaucluse a visité les classes de l'Ecole de la Deuxième Chance à Avignon © Radio France - Philippe Paupert
  • école
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu