Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Une enquête montre que les personnes LGBTI d'Indre-et-Loire continuent souvent de se cacher

-
Par , France Bleu Touraine

Le Centre LGBTI de Touraine a lancé un sondage en ligne et recueilli 465 réponses pour connaitre le ressenti des personnes LGBTI en Touraine.

Le drapeau LGBT durant une marche des fiertés (illustration)
Le drapeau LGBT durant une marche des fiertés (illustration) © Radio France - Romain Berchet

Indre-et-Loire, France

La ville de Tours et la Touraine sont-elles assez accueillants pour les personnes LGBTI (lesbienne, gay, bi, trans et intersexe) ? Il y a-t-il assez de lieux qui leurs sont dédiés ? Avez-vous déjà été agressé à cause de votre orientation sexuelle ?   

Ce sont les questions posées par l'association "Centre LGBTI de Touraine" dans un sondage en ligne pour connaitre le ressenti des personnes concernées. 465 tourangeaux ont répondu anonymement. Parmi eux, 80% habitent à Tours.

Un peu plus de 3 enquêtés sur 10 considèrent que les Tourangeaux sont LGBTI-friendly ou plutôt friendly même si les lieux dédiés sont trop peu nombreux pour 74% des sondés. 

Le sondage montre également que de nombreuses personnes continuent à vivre cachées, notamment en dehors de Tours, dans les zones plus rurales. 

Beaucoup préfèrent rester "invisibles"

A la question "montrez vous des gestes d'affections à votre partenaire dans la rue ?" plus de la moitié des sondés a répondu "non". 

Selon le centre LGBTI de Touraine, beaucoup préfèrent rester "invisibles". "Je l'ai fait, mais dans certains endroits précis. Et lorsque je l'ai fait (même simplement marcher la main dans la main), beaucoup de gens nous fixaient avec insistance", témoigne une femme. 

"Nous ne voulons pas être fracassées par des homophobes, donc les lieux publics nous évitons" 

Au travail, 31% des sondés disent dissimuler leur orientation sexuelle. Ils sont 16% à ne pas le dire à leurs familles. 

Peu de plaintes déposées

Tous craignent des discriminations ou même des agressions verbales ou physiques. 53% dit avoir déjà été victime d'une agression

Des violences plus fréquentes en dehors de la métropole de Tours selon le centre LGBTI de Touraine. 

Mais malgré cela seulement 4% dit avoir porté plainte. Beaucoup n'osent pas faire ces démarches, souvent par peur de la réaction de la police notamment. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu