Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Une entreprise montpelliéraine expérimente le congé menstruel en cas de règles douloureuses

-
Par , France Bleu Hérault, France Bleu

Depuis le mois de janvier, La Collective, une Scoop montpelliéraine propose à ses salariées de bénéficier d’un jour de congé par mois en cas de règles douloureuses. Un congé rémunéré sans qu'il y ait besoin d'un certificat médical.

La Collective expérimente un congé menstruel
La Collective expérimente un congé menstruel © Maxppp - Frédéric Cirou

La coopérative montpelliéraine La Collective expérimente le congé menstruel pour ses salariés depuis le mois de janvier. Il donne le droit pour chaque femme qui a des règles douloureuses de ne pas se rendre au travail pendant une journée. Un congé rémunéré sans qu'il y ait besoin de certificat médical. La Collective, qui réalise notamment des collectes sur la voie publique pour les associations comme Médecin du monde, Agir contre la faim ou Aides, revendique une première en France. 

Une journée de congé payé en cas de règles douloureuses

Pauline, salariée depuis septembre est une des premières à avoir posé un congé menstruel de 24 heures, "comme on travaille dans la rue, il faut être de bonne humeur et quand on souffre, c'est plus compliqué. Avant, je posais une journée de congé". C'est un congé qui se rajoute aux autres, il est ouvert aux CDD comme aux CDI et intégralement payé.

En cas de règles gênantes, chaque femme peut poser un jour de congé de manière immédiate, "si le matin ça ne va pas, ou à n'importe quel moment de la journée, il suffit d'en informer notre supérieur" explique Jessica. C'est elle qui a fait la proposition à l'entreprise. Il n'y a pas besoin de passer par un médecin.

Le gérant de l'entreprise fait le choix de la confiance

Au mois de mars, sur dix-sept femmes au travail, cinq ont bénéficié du congé menstruel de 24 heures. Dimitri Lamoureux, le gérant de la scoop a pleinement confiance en ses salariés, "on est convaincu que les salariées sont très responsables quant au sens de ce congé. Les salariées qui se sentent bien quelque part sont encore plus efficaces au sein de leur travail".

L'expérimentation a commencé au mois de janvier et durera un an. Elle avait été votée à la quasi unanimité des salariés. 

Participez à la consultation #MaSolution

Vous avez repéré ou imaginé une solution pour améliorer le quotidien autour de chez vous ? Vous avez identifié des besoins locaux et vous avez des idées pour y répondre ? Avec "Ma solution", France Bleu vous donne la parole : partagez votre expérience, signalez les initiatives les plus utiles, faites vos propositions et donnez votre avis sur celles des autres. La solution, c’est vous !

Pour afficher ce contenu Make org, vous devez accepter les cookies Mesure d'audience.

Ces cookies permettent d’obtenir des statistiques d’audience sur nos offres afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus. 

Gérer mes choix

Choix de la station

À venir dansDanssecondess