Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

À Grenoble, une équipe juridique mobile pour permettre un meilleur accès au logement

mardi 24 juillet 2018 à 17:51 Par Zoé Boiron, France Bleu Isère

Les lois de droits au logement ou à l'hébergement (Dalo, Daho) ne sont pas suffisamment appliquées. La Ville et le Centre communal d'action sociale (CCAS) de Grenoble ont décidé de réagir, par la mise en place d'une équipe juridique mobile en avril 2018. Celle-ci est désormais au complet.

L'équipe juridique mobile autour d'Eric Piolle, maire de Grenoble.
L'équipe juridique mobile autour d'Eric Piolle, maire de Grenoble. © Radio France - Zoé Boiron

Grenoble, France

Deux travailleuses sociales, une travailleuse paire, deux juristes stagiaires, une avocate, une écrivaine public et un coordinateur... Huit personnes composent l'équipe juridique mobile mise en place par la Ville et le Centre communal d'action sociale (CCAS) de Grenoble. 

Leur objectif ? Faire connaître aux potentiels bénéficiaires leurs droits et les aider dans ces démarches, souvent longues et épuisantes. Quand un refus de dossier semble infondé, l'équipe souhaite engager des procédures judiciaires. Leur rôle est aussi de former les acteurs associatifs sur ces questions. 

Les demandes de dossiers en baisse

Le nombre de demandes de dossiers Dalo (Droit au logement opposable) et Daho (droit à l'hébergement opposable) continue de baisser, alors que "ça ne correspond pas à la réalité du terrain", souligne Alain Denoyelle, adjoint à l'action sociale à la Mairie de Grenoble. 

L'équipe juridique mobile va donc aller à la rencontre des potentiels bénéficiaires, grâce aux associations partenaires. Une maraude effectuée chaque mercredi après-midi leur permettra de toucher des publics plus invisibles. 

L'appui d'une "travailleuse paire"

Pour cela, Marie Bouillon, 21 ans, a un rôle tout particulier. Elle est "travailleuse paire", c'est-à-dire qu'elle met son expérience personnelle au service de l'équipe. Marie a en effet vécu à la rue, dans des squats ou chez des amis depuis ses 16 ans. Depuis 7 mois, elle a désormais son propre appartement. "Je rappelle à l'équipe qu'il ne faut pas juger, qu'il faut vulgariser. Et puis de mon côté, j'essaie de rattacher ces personnes aux institutions, je fais de la médiation", détaille-t-elle. 

Chaque membre apporte ses compétences aux autres. "On se forme mutuellement en permanence. L'écrivaine publique pourra écrire des recours en contentieux, comme je peux faire des maraudes", explique Alice Le Roy, 24 ans, juriste stagiaire en Master 2 Contentieux des droits fondamentaux à l'université Grenoble Alpes. L'initiative est soutenue par le Défenseur des droits, Jacques Toubon.