Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Une femme malade et ses deux enfants logés à l'hôtel dans des conditions déplorables

vendredi 13 avril 2018 à 18:17 Par Bertrand Hochet, France Bleu Maine

La jeune maman et ses jumelles de trois ans ont été placées dans un établissement du centre-ville du Mans dans le cadre du dispositif d'hébergement d'urgence. Leur chambre, inadaptée à leurs besoins, est en très mauvais état. Ce cas n'est sans doute pas isolé, déplore le "collectif d'accueil 72".

La chambre n'est pas équipée de lits pour enfants. La douche est inutilisable.
La chambre n'est pas équipée de lits pour enfants. La douche est inutilisable.

Le Mans. Quartier de la gare. Dans leur chambre du troisième étage, la jeune femme et ses deux filles ne disposent que d'un seul lit. Les lieux sont insalubres, dénonce Julien Cristofoli, membre du "collectif d'accueil 72" qui les a aidées à s'installer: "une douche ravagée, avec des moisissures, sans arrivée d'eau. Un coin lavabo qui n'existe pas car il a, semble-t-il, été arraché. Un lit extrêmement vétuste. Une couverture miteuse". Julien Cristofoli s'indigne: "c'est ça l'accueil que l'on offre à quelqu'un qui sort d'une hospitalisation d'une semaine? Ça nous semble vraiment indigne de notre pays!"   

"Il faut que les pouvoirs publics organisent des contrôles"

En Sarthe, comme ailleurs en France, c'est le SAMU Social, autrement dit l'Etat, qui place les personnes sans solution dans les hôtels. Soixante chambres peuvent potentiellement être "réquisitionnées" au Mans, soit une possibilité de logement d'urgence pour 160 personnes, d'après la préfecture. Les hôteliers ont la possibilité de refuser de louer leur chambre dans ce cadre là. Mais certains - près de la gare - en ont fait leur spécialité, sans qu'il y ait un véritable contrôle de l'état des logements, regrette Julien Cristofoli, membre du collectif d'accueil 72: "l'Etat est le responsable, à travers une association. Les travailleurs sociaux effectuent une action remarquable. Mais ils sont entre le marteau et l'enclume: ils ont d'un côté une offre hôtelière parfois indigne et de l'autre un pouvoir - payeur (l'Etat, ndlr) qui ne leur permet pas de faire autrement. Il faut que les pouvoirs publics organisent des contrôles."   

Un lit en mauvais état et un lavabo manifestement arraché.  - Aucun(e)
Un lit en mauvais état et un lavabo manifestement arraché.

Une facture de 85.000€ par mois

L'UMIH (Union des Métiers et des Industries de l'Hôtellerie), estime elle aussi que "celui qui paye est le premier responsable". Le syndicat précise toutefois que les chambres d'hôtel insalubres ou en mauvais état sont une réalité "marginale" au Mans. "D'après ce que l'on sait", explique le "collectif d'accueil 72", "l'offre hôtelière pour l'hébergement d'urgence en Sarthe coûte 85.000€ par mois. Avec ce montant, on devrait pouvoir faire mieux. C'est l'honneur de notre pays ", conclut Julien Cristofoli.