Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Une femme sur dix a fait une fausse couche, selon une étude qui recommande une meilleure prise en charge

-
Par , France Bleu

Alors qu'une femme sur dix a déjà perdu un bébé avant ou pendant la naissance, le fait de faire une fausse couche est un phénomène encore "trop minimisé" selon un rapport publié ce lundi 26 avril dans la revue médicale The Lancet. Une étude qui préconise une meilleure prise en charge.

Selon le rapport, 23 millions de fausses couches se produisent chaque année dans le monde
Selon le rapport, 23 millions de fausses couches se produisent chaque année dans le monde © Maxppp - IP3 PRESS/MAXPPP

Arrêtons de dire aux femmes qui ont fait une fausse couche : "Essayez encore" ! Ce n'est pas satisfaisant, ni même suffisant selon le rapport publié ce lundi 26 avril dans la prestigieuse revue médicale The Lancet. Il rappelle que, dans le monde, une femme sur dix a déjà fait une fausse couche et recommande de réformer et d'harmoniser au niveau international la prise en charge de ce phénomène "trop longtemps minimisé"

"De nombreuses femmes se plaignent du manque d'empathie avec lequel elles sont prises en charge après une fausse couche : certaines ne reçoivent aucune explication, et le seul conseil qu'on leur donne c'est de réessayer", déplore l'une des rédactrices de l'étude, la Pr Siobhan Quenby de l'université de Warwick en Angleterre. Selon les scientifiques qui ont travaillé sur le sujet, les femmes doivent être mieux prises en charge notamment sur le plan psychologique. Elles ont besoin de soutien, d'un suivi psychologique pour le couple et de conseils avant une nouvelle grossesse. La Nouvelle-Zélande est à l'avant garde sur cette question puisqu'elle prévoit déjà un congé de trois jours pour les femmes qui perdent leur bébé avant ou pendant la naissance. 

Les auteurs du rapport estiment que 23 millions de fausses couches se produisent chaque année dans le monde, soit environ 15% du total des grossesses. Cela représente environ "44 grossesses perdues chaque minute", selon l'une des trois études qui composent ce rapport. En se basant sur plusieurs autres travaux publiés ces 20 dernières années, les chercheurs estiment que 10,8% des femmes ont fait une fausse couche. 

Un suivi plus poussé en cas de nouvelles fausses couches 

Les fausses couches récurrentes sont nettement moins fréquentes : 1,9% des femmes en ont fait deux et 0,7% en ont fait trois. "Bien qu'une fausse couche n'arrive la plupart du temps qu'une seule fois, une part significative de la population aura besoin de traitements et de soutien" estime le rapport. C'est encore plus vrai, selon lui, quand les fausses couches se répètent. La réalité, derrière ces chiffres, doit donc être expliquée par le corps médical aux femmes qui passent par cette épreuve. 

Certains facteurs sont associés à une augmentation du risque : des anomalies chromosomiques chez le fœtus, l'âge de la mère et, dans une moindre mesure, du père (surtout au-dessus de 40 ans), des antécédents de fausse couche, un indice de masse corporelle très bas ou très élevé, l'alcool, le tabac, le stress, le travail de nuit ou l'exposition aux pesticides. 

"Malgré cela, le silence autour des fausses couches persiste non seulement chez les femmes qui les vivent, mais aussi parmi les soignants, les décideurs politiques et les organisations de financement de la recherche", poursuit la Pr Siobhan Quenby alors qu'une fausse couche n'a aucune raison d'être passée sous silence. Au contraire, il est essentiel de briser ce tabou comme le font de plus en plus de célébrités comme Meghan Markle, l'épouse du prince Harry à l'automne dernier. En parler permet aussi de se protéger de la solitude d'un tel drame pourtant amplement partagé. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess