Société

Une formation unique en France au CFA de l'Erier

Par Cédric Lang-Roth , France Bleu Pays de Savoie mercredi 5 février 2014 à 7:00

L'entrée du CFA de l'Erier, à la Motte-Servolex
L'entrée du CFA de l'Erier, à la Motte-Servolex © Radio France - Cédric Lang-Roth

À la rentrée 2016, l'établissement proposera une nouvelle formation dédiée aux voitures de demain : hybrides, électriques, au gaz. Le chantier est en cours en ce moment. Montant des travaux : un peu plus de 13 millions d'euros.

Cette formation sera une première en France. Elle doit ouvrir à la rentrée 2016 et sera consacrée exclusivement à ce qu'on appelle la mobilité durable, c'est-à-dire les véhicules électriques, hybrides ou encore à gaz comprimé.

"Une propreté clinique." — Stéphane Curtenaz, architecte du projet

L'atelier véhicules industriels du CFA de l'Erier - Radio France
L'atelier véhicules industriels du CFA de l'Erier © Radio France - Cédric Lang-Roth
Pour pouvoir ouvrir cette nouvelle formation, le centre de formation des apprentis a dû se métamorphoser. Sauf que l'endroit où il est installé est particulièrement étroit. Du coup, l'architecte a construit en hauteur : des étages vont être rajoutés au dessus de l'existant.

Salles de cours rénovées, ateliers flambant neuf, tout est fait pour le confort des apprentis. "C'est important pour bien apprendre , explique Stéphane Curtenaz, l'architecte. La propreté est clinique, les sols sont parfaits, la lumière est de bonne qualité et la température est assurée. On travaille dans de bonnes conditions. "

Vue d'architecte du projet final du CFA de l'Erier
Il faut dire que ce CFA est d'ores et déjà très côté auprès des jeunes intéressés par ce type de formation. Jason, par exemple, finit son BTS en juin prochain. Originaire de Narbonne, il est venu à la Motte-Servolex "parce qu'on m'a dit que c'était mieux, qu'il y avait plus de réussite ". Dans les faits, 89% des élèves trouvent un emploi dès la fin de leurs études.

Surtout des apprentis savoyards

Et avec cette nouvelle formation, le directeur de l'établissement espère bien poursuivre dans cette voie. "Quelle que soit la taille de l'entreprise dans laquelle notre élève peut être salarié , explique Dominique Badet, à un moment donné l'utilisateur va emmener son véhicule dans ce garage. On aura forcément besoin de ces personnels qui seront formés à ces énergies du futur. "

Avec cette extension (3.000 mètres-carré supplémentaires), le CFA espère aussi attirer davantage d'élèves. Ils sont 450 actuellement et passeront à 750 en 2016. Principalement originaires de Savoie et de la région, certains viennent tout de même de plus loin. Narbonne, comme Jason, ou encore l'est de la France.

Visite du chantier du CFA de l'Erier avec Cédric Lang-Roth.