Société

Une "give box", boîte à don solidaire et anti-gaspillage, à Renazé

Par Marie Rouarch, France Bleu Mayenne mercredi 11 janvier 2017 à 6:00

La Barak'adon a été installée dans le parc du Fresne, à quelques pas du centre social de Renazé.
La Barak'adon a été installée dans le parc du Fresne, à quelques pas du centre social de Renazé. © Radio France - Marie Rouarch

C'est une initiative portée par trois femmes, trois citoyennes qui veulent développer un concept de partage et anti-gaspillage : une "give box", ou "boîte à donner", a été installée à quelques mètres du centre social de Renazé

Le concept est né à Berlin, en 2011. Depuis, il essaime un peu partout, et jusqu'à Renazé. Ce concept, c'est celui de la "give box", comprenez "boîte à donner". Lucie Brossier, Ghislaine Moyon et Magali Moyon, deux habitantes de Renazé et une troisième de Saint-Saturnin-du-Limet partagent plusieurs préoccupations : lutte contre le gaspillage, recyclage, partage, renaissance d'un lien social qui se distend... Toutes avaient entendu parler des "give box". Elles prennent alors les choses en main, contactent la mairie de Renazé et installent leur "give box", qu'elles rebaptisent "barak'adon".

Les trois porteuses de projet ont baptisé leur "give box", "barak"adon" - Radio France
Les trois porteuses de projet ont baptisé leur "give box", "barak"adon" © Radio France - Marie Rouarch

Le principe est simple : dans cette "barak'adon", vous pouvez déposer les objets (vêtements, livres, jeux, vélos, etc.) dont vous n'avez plus l'utilité. Des objets en bon état ou tout au moins réparables. Vous les laissez ainsi à disposition, gratuitement, du prochain passant à la "barak"adon" qui pourra les récupérer s'il en a besoin. Vous, de votre côté, avez le choix de repartir avec un objet laissé par quelqu'un d'autre. Objectif : donner une deuxième vie à ces objets inutilisés.

Ça nous a paru un super principe pour l'anti-gaspillage, le partage, le zéro argent, le don - Lucie Broussier, une des femmes à l'origine du projet

"C'est un projet qu'on veut mettre entre les mains de tous les habitants de Renazé, surtout les jeunes, pour leur donner une vision de l'avenir plus positive, moins axé sur le système de consommation, explique Lucie Broussier. On veut aussi créer du lien social : dans ce but, on va mettre à disposition un panneau d'annonces où les gens peuvent faire du troc de service. Par exemple, 'je vous propose quelques heures de ménage contre quelques heures de réparation de voiture, ou de la couture', ça peut être varié. Vraiment le partage, en tout cas".

Déjà des échanges dans la "barak'adon"

Le zéro argent se concrétise dès la mise en place de la "boîte à donner". Ne cherchez pas une boîte à lettres ou un casier. Cette "give box", c'est un ancien abribus confié par la mairie de Renazé et retapé par les trois bénévoles et leurs maris, grâce à des dons de matériel. Abribus aménagé avec une tringle pour accrocher les vêtements, une table et des étagères pour déposer les objets. Et pour les vélos, poussettes et autres objets encombrants qui ne peuvent pas rester dans la "boîte", le tableau à annonces est là !

La barak'adon sert déjà ! On y a déposé des livres, CD et autres vêtements. - Radio France
La barak'adon sert déjà ! On y a déposé des livres, CD et autres vêtements. © Radio France - Marie Rouarch

Cette "barak'adon" de Renazé ne sera inaugurée que le 21 janvier prochain, mais dans les faits, les habitants se la sont déjà appropriée. "On a déjà trouvé des objets à l'intérieur, décrit Magali Moyon, une des trois femmes à l'origine de cette "give box", des livres, un CD de méditation, un pull, une mini-chaîne, qui est déjà partie et c'est très bien !"

Des échanges basés sur la confiance

Les trois femmes ont-elles peur des dégradations ? Pas vraiment. D'ailleurs, la "barak"adon" n'est pas surveillée, c'est un lieu de passage. "On préfère se dire que ça va bien se passer !" s'amuse Lucie Broussier. "À nous de bien communiquer, de bien expliquer aux gens comment ça fonctionne, poursuit-elle. L'idée n'est pas que ça devienne une déchetterie, c'est pour ça qu'on parle d'objets en bon état ou réparables. Un vêtement troué, par exemple, peut se recoudre".

Des affiches explicatives ont été mises en place dans la "barak'adon". - Radio France
Des affiches explicatives ont été mises en place dans la "barak'adon". © Radio France - Marie Rouarch

La confiance aussi pour améliorer, faire évoluer le concept. Une boîte à idée sera bientôt installée dans la "boîte à donner". Mais les trois femmes ne manquent pas de projets : pourquoi pas des jardins partagés autour de la "barak"adon" ? et des ateliers créatifs ? et pourquoi pas une deuxième boîte, plus tard, ailleurs dans Renazé ?

Pour plus d'informations, rendez-vous sur la page facebook "Barak'adon Renazé".