Société

Une heure de sommeil en moins ce week-end

Par Anne Domece, France Bleu Vaucluse vendredi 27 mars 2015 à 10:39 Mis à jour le samedi 28 mars 2015 à 21:25

Changement d'heure (illustration)
Changement d'heure (illustration) © viperagp / Fotolia.com

C'est le rituel du printemps : le changement d'heure. Dans la nuit de samedi à dimanche, à 3 h du matin, il sera... 4 h. Et ce tour de passe-passe ne plaît pas à tout le monde.

Imaginé juste après le choc pétrolier des années 1973-1974, le changement d'heure a pour objectif de faire des économies d'énergie , en calquant les heures de travail, les heures d'activités, sur les heures d'ensoleillement.

Résultats : les aiguilles des pendules bougent deux fois par an : une fois en automne, pour "reculer" d'une heure, une fois au printemps pour "avancer" d'une heure.

"Avec le changement d'heure, on économiserait chaque année l'équivalent de la consommation énergétique de 800.000 foyers."

La France n'est pas la seule à pratiquer le changement d'heure : le Royaume-Uni et l'Irlande l'ont institué après la première guerre mondiale, l'Italie l'a adopté en 1966. Le principe a été généralisé à toute l'Union Européenne au début des années 80. 

Mais cette disparition-réapparition d'heures est parfois mal vécue...

ENRO Changement d'heure Dimanche

Beaucoup de Français se plaignent de troubles du sommeil, de l'endormissement ou de l'appétit pendant la (ou les) semaines qui suivent le changement d'heure. Quatre personnes sur cinq s'y disent défavorables .

Le changement d'heure. - Aucun(e)
Le changement d'heure.