Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Une jeune femme musulmane se dit victime de discrimination à l’hôpital de Perpignan

jeudi 3 mai 2018 à 14:48 Par Isabelle Lassalle et Anne-Natacha Bouillon, France Bleu Roussillon et France Bleu

Amel s'est rendue aux urgences parce qu'elle souffrait de la cheville. Après la radio, elle a été prise en charge par une femme médecin qui n'a pas tout de suite ausculté la patiente parce qu'elle portait un voile.

Hôpital de Perpignan.
Hôpital de Perpignan. © Maxppp -

Perpignan, France

Amel n'aurait pas dû franchir les portes de l’hôpital de Perpignan avec son voile... Selon cette jeune femme musulmane, le médecin qui l'a pris en charge le lui a reproché, avant de regarder sa cheville malade. Amel est choquée, elle se dit victime de discrimination. Elle s'est rendue aux urgences parce qu'elle souffrait de la cheville. Après la radio, elle a été prise en charge par une femme médecin qui n'a pas tout de suite ausculté la patiente parce qu'elle portait un voile.  Amel est choquée :

"Je me suis sentie mal à l'aise et rabaissée dans mon estime. Elle ne voyait que le voile."

La patiente a tenté de défendre son point de vue auprès de la praticienne.

"S'il y a une nonne qui qui vient à l'hôpital, vous allez lui demander d'enlever son voile ? Elle a eu un blanc. Puis elle a répondu : non elles, elles sont dans leur monde."

Amel en a parlé à la coordination contre le racisme et l'islamophobie qui vient de saisir la direction de l’hôpital. Elle se penche très sérieusement sur cette réclamation. Amel, ne compte pas porter plainte, mais elle attend des excuses.

L'hôpital a été saisi

Un comportement heureusement rarissime aux urgences de l’hôpital de Perpignan selon Salim ben Cheick. Cela fait 17 ans qu'il soigne aux urgences. Ce médecin est aussi président du collectif musulman dans les Pyrénées-Orientales. 

Ce n'est pas normal. L'hôpital public accueille tout le monde dans la dignité et le respect des personnes. 

L’hôpital a été saisi et prend cette affaire très au sérieux. Le directeur des ressources humaines s'engage à entendre le praticien mis en cause et la jeune musulmane.

L'éthique et la déontologie interdit tout personnel soignant de l’hôpital de Perpignan d'émettre ses opinions qui ne sont, en aucun cas, liées aux soins.