Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Une Lilloise réchappe au séisme en Indonésie et lance un appel aux dons

-
Par , France Bleu Nord, France Bleu

Marine, un Lilloise de 21 ans de retour d'Indonésie, lance une collecte pour venir en aide aux victimes du séisme qui a fait près de 450 morts le 5 août dernier.

Marine lance un appel aux dons
Marine lance un appel aux dons

Lille, France

Elle a frôlé la mort en Indonésie, et depuis, elle veut aider le pays à se reconstruire. Une Lilloise de 21 ans, Marine Lescroart, a lancé un appel aux dons afin d'apporter des "marchandises de première nécessité" aux sinistrés du séisme qui a frappé l'Indonésie le 5 août dernier et qui a fait près de 450 morts.

Une nuit d'horreur

Lorsque la terre s'est mise à trembler, Marine était en Indonésie depuis deux mois, en mission pour une ONG. La nuit du drame, la Lilloise se trouvait sur l'île de Gili Trawangan, juste en face de l'île la plus touchée, Lombok : "Cela s'est mis à trembler très très fort, se souvient-elle. Au bout de trois ou quatre secondes on était plongé dans le noir. J'ai réussi à descendre dans la rue. Tout s'était effondré. Beaucoup de gens criaient, hurlaient, priaient." Au milieu de la foule de sinistrés, Marine remarque une famille : "Je les ai vus avec leur enfant dans les bras, le crâne complètement explosé. C'est là que j'ai pris conscience de l'ampleur du drame.

Marine passe alors la nuit sur un plage, en compagnie de nombreux réfugiés. Le lendemain, le danger guette toujours. Les habitations sont fissurées, un nouveau séisme est annoncé. La Lilloise doit fuir. Mais les bateaux et les avions sont pleins à craquer. Marine mettra trois jours avant de pouvoir rentrer à Lille.

Appel aux dons

Dans l'avion qui la ramène à Paris, Marine ne peut s'empêcher de repenser aux Indonésiens, ceux qui, sur place, ont aidé la jeune lilloise au moment du drame, ceux qu'elle veut aider à son tour. "Je me suis dit qu'il y avait des gens qui n'avaient pas hésité à m'aider, raconte-t-elle. Moi, je pars parce que c'est facile pour moi. Mais les Indonésiens sont encore sur place et il faut faire quelque chose.

Un "sentiment de culpabilité" qui la pousse à lancer une collecte en rentrant à Lille : "Dans certaines régions, il n'y a plus rien. Ils ont donc besoin de tentes, de couvertures, de matériel médical, de couches pour les bébés, de nourriture pour les chats et les chevaux, qui eux, n'ont pas pu être évacués contrairement aux habitants. Il y a également besoin de casques de chantier, de chaussures de sécurité afin de reconstruire ce qui a été détruit.

Marine recherche également une compagnie aérienne qui pourrait affréter gratuitement les dons vers l’Indonésie ainsi qu'un transporteur routier susceptible d'emmener la marchandise depuis Lille vers les aéroports parisiens. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu