Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Une manifestation à Périgueux pour réclamer la démission des ministres de l'intérieur et de la justice

-
Par , France Bleu Périgord

Une quarantaine de personnes ont manifesté ce vendredi en fin d'après-midi à l'appel de femmes Solidaires Dordogne pour demander la démission des ministres de l'intérieur, Gerald Darmanin, et de la justice, Eric Dupond-Moretti.

Femmes Solidaires Dordogne réclame la démission de Gerald Darmanin et Eric Dupond-Moretti
Femmes Solidaires Dordogne réclame la démission de Gerald Darmanin et Eric Dupond-Moretti © Radio France - Corinne Duval

Une manifestation, ce vendredi en fin d'après midi à Périgueux pour demander la démission de Gerald Darmanin, le nouveau ministre de l'Interieur et d'Eric Dupond-Moretti, le nouveau garde des sceaux. Le premier est visé par une enquête sur une affaire de viol présumé. Le second a obtenu l'acquittement de personnes accusées de viol.

Un violeur à l'Intérieur, un complice à la justice" scandent les manifestants

A l'appel de femmes Solidaires Dordogne, une quarantaine de personnes ont symboliquement défilé depuis le palais de justice jusqu'à la mairie de Périgueux pour rencontrer la nouvelle maire Delphine Labails, juste avant le début de la réunion du conseil municipal. 

Quelques hommes, une majorité de femmes, armés de pancartes. On y lit : "Soyez accusé de viol, vous serez premier flic de France" ou "police + justice = ministères du viols". 

Dans le cortège, Pascale Martin la présidente de Femmes Solidaires Dordogne : "Déjà avant nous n'étions pas très satisfaites de ce qui se faisait au niveau de l'égalité femmes hommes et au niveau de l'accueil de victimes de violence, seulement 10% portent plainte. Seulement  1% des agresseurs sont condamnés donc la nomination de ces deux ministres nous fait craindre le pire".

C'est une provocation et c'est dégueulasse

Marie Schubmehl, une enseignante de 34 ans est écœurée : "c'est absolument immoral et même si c'est légal , c'est juste dégueulasse de mettre un homme comme ça à la tête de la police qui on le sait ne prend pas en compte les plaintes déposées par les victimes, on leur dit rentrez chez vous madame, donc je pense que _c'est une provocation et c'est dégueulasse_". 

Devant la mairie, Delphine Labails, la maire de Périgueux, attend le cortège et se montre solidaire des manifestantes : "_le signe qui est envoyé est tout à fait inquiétant_, aux yeux des chiffres que vos avez égrainé, c'est un signe qui doit nous alerter".  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess