Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Une manifestation contre les mesures du confinement jugées trop restrictives à Charleville-Mézières

-
Par , France Bleu Champagne-Ardenne

Ce samedi, les manifestants se sont réunis pour protester contre le confinement. Tous veulent la réouverture des commerces jugés comme non essentiels.

Ils étaient près d'une centaine à se réunir place Ducale à Charleville-Mézières pour manifester contre des mesures jugées trop restrictives.
Ils étaient près d'une centaine à se réunir place Ducale à Charleville-Mézières pour manifester contre des mesures jugées trop restrictives. © Radio France - Mélanie Cousin

Ils étaient une petite centaine de manifestants à se réunir selon les organisateurs. L'objectif : soutenir les petits commerçants et exprimer leur mécontentement face à des mesures qui brident leurs libertés. Une précédente manifestation avait eu lieu le 11 novembre

La fermeture des commerces dits non essentiels, nous, on considère cela comme une injustice

Les petits commerçants dénoncent des fermetures qu'ils jugent abusives. "Je suis une commerçante non essentielle", lance Judicaël, coiffeuse, pour se présenter. Elle déplore ce mot qu'elle qualifie de "dénigrant". La gérante du salon de coiffure espérait pouvoir rester ouverte pendant ce second confinement. Elle qui avait largement investi pour maintenir un strict respect des gestes barrières dans son salon de coiffure. 

Judicaël avait largement investi pour lutter contre le coronavirus dans son salon de coiffure.
Judicaël avait largement investi pour lutter contre le coronavirus dans son salon de coiffure. © Radio France - Mélanie Cousin

Du côté, des autres manifestants venus soutenir les commerces fermés, c'est la privation de liberté globale qui est dénoncée. "Je n'ai pas eu le Covid, mais vous m'avez transmis la rage", pouvait-on lire sur une pancarte place Ducale à Charleville-Mézières ce samedi après-midi. 

Les manifestants déplorent des mesures de confinement jugées trop strictes.
Les manifestants déplorent des mesures de confinement jugées trop strictes. © Radio France - Mélanie Cousin

"J'en ai plus que marre de ne pas pouvoir sortir sans attestation, de risquer 135 € pour tout et n'importe quoi ! Moi, je veux pouvoir être libre, faire ce que je veux quand j'ai envie.", s'exclame Nicole, retraitée et gilets jaunes.

"J'ai l'impression que les conséquences de ce confinement font plus de mal que de bien. Les personnes qui sont déjà fragiles, seules et isolées cela devient très difficile pour elles, car il n'y a pas d'avenir", déplore Baptiste Touchon, serveur dans un bar et organisateur de la manifestation. 

Une manifestation avec le respect des gestes barrières

Place Ducale, les gestes barrières étaient toutefois bien respectés selon les manifestants. "On fait attention, on porte bien nos masques et on garde nos distances", certifie Judicaël, venue manifester pour son salon de coiffure. La manifestation s'est déroulée dans le calme.  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess