Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Retrouvez les résultats définitifs du second tour des Municipales, commune par commune

Tous les résultats

150 personnes rassemblées à Chomérac pour dénoncer les propos jugés haineux d'un adjoint

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche, France Bleu

Les manifestants sont venus condamner les propos tenus par l'adjoint à la sécurité sur un groupe Facebook. Le Mrap, le Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples, à l'origine du rassemblement, demande que l'élu soit exclu du conseil municipal.

Près de 150 manifestants étaient rassemblés à Chomérac ce vendredi soir.
Près de 150 manifestants étaient rassemblés à Chomérac ce vendredi soir. © Radio France - Adèle Bossard

Près de 150 personnes se sont rassemblées ce vendredi soir devant la mairie de Chomérac, près de Privas en Ardèche, à l'appel du Mrap, le Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples, du PCF et de la CGT. Ces manifestants venaient dénoncer les propos tenus sur le groupe Facebook d'un syndicat de police par l'adjoint à la sécurité de la commune, Gino Hauet, lui-même ancien policier. Dans ce message, l'élu parle des quartiers populaires, où se trouvent des gens "qui ne respectent rien", et il évoque l'idée d'y faire un siège pour "que la sélection naturelle fasse son choix".

"J'ai mal à mon village" a notamment écrit un habitant de Chomérac sur une pancarte accrochée près de la mairie. "Ça nous a vraiment gênés, on considère que s'il veut représenter la République et ses valeurs, il n'a pas à pas afficher des choses comme ça. Et on n'a pas envie que notre village devienne un repaire de gens haineux et racistes alors qu'on est tous égaux, qu'on vit tous au même endroit", explique-t-il.

"Ça m'inquiète parce que ce n'est pas qu'à Chomérac, c'est un peu partout, dans le monde entier, et moi je pense à mes enfants et mes petits-enfants", dit Simonette, qui vit dans le village depuis 45 ans et qui tenait à participer par peur que ce type de propos ne se banalise. Et Chantal Battin, la présidente du Mrap Centre Ardèche, le mouvement à l'origine de cette manifestation, demande maintenant que cet adjoint à la sécurité quitte le conseil municipal. "Ça nous semble un minimum, expose-t-elle. Le sens éthique d'un maire, c'est de dire que quand on est élu de la République, on ne prononce pas ce genre de propos".

La présidente du Mrap demande que l'adjoint quitte le conseil municipal.
La présidente du Mrap demande que l'adjoint quitte le conseil municipal. © Radio France - Adèle Bossard

"On verra ce que dit la justice et j'appliquerai", répond le maire

Mais le maire, François Arsac, répond qu'il a lui-même saisi la justice "dès le lundi matin, alors que l'affaire est sortie le samedi dans la presse" et qu'il démettra ou non son adjoint en fonction de la décision. "S'il était condamné pour des propos d'incitation à la haine, il est très clair qu'il ne ferait pas une minute de plus au conseil municipal. Je suis très ferme, c'est un avertissement et il n'y en aura pas deux. Même si je pense que ce qu'il a écrit n'est pas condamnable, on est dans un état de droit, on verra ce que dit la justice et j'appliquerai", se défend le maire, qui dénonce une cabale qui pèse sur l'image de sa commune.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu