Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Retrouvez les résultats définitifs du second tour des Municipales, commune par commune

Tous les résultats
Dossier : Violences communautaires à Dijon

Une manifestation pacifique pour la démission du préfet à Dijon

-
Par , France Bleu Bourgogne, France Bleu

Une cinquantaine d'habitants du quartier des Grésilles et de Chenôve s'est rassemblé ce samedi après-midi place de la République à Dijon, pour appeler à la démission du préfet de Côte d'or après les violences de la semaine dernière. La manifestation, interdite, s'est déroulée dans le calme.

Près de cinquante manifestants ont appelé ce samedi à la démission du préfet.
Près de cinquante manifestants ont appelé ce samedi à la démission du préfet. © Radio France - Virginie Vandeville

Vendredi soir dans la soirée, le préfet de Côte d'Or avait interdit la manifestation pour sa démission des habitants du quartier des Grésilles, place de la République, à Dijon ce samedi après-midi. Bernard Schmeltz craignait des heurts en marge de ce rassemblement. Mais tout s'est déroulé dans le calme.

Ils étaient un peu plus de 50 manifestants présents un peu après 14 h. Des habitants du quartier des Grésilles mais aussi de Chenôve avaient fait le déplacement après les expéditions punitives de membres de la communauté tchétchène du 12 au 15 juin dernier. " On a eu peur. Ils arrivaient et la police n'est même pas intervenu. Aujourd'hui nous demandons des réponses. Et moi je demande la démission du préfet car il ne nous a pas protégé", s'insurge Rachid. 

"Nous sommes français"

Cet appel à la démission est partagé par Amina, une ancienne habitante des Grésilles qui vit désormais à Chenôve. " On nous a abandonné. Nous sommes français. Ce n'est pas parce que nous avons des origines que nous ne sommes pas français. J'ai élevé mon fils avec les valeurs républicaines. La République lui tourne le dos et lui met des couteaux dans le dos ", s'époumone cette mère de famille. "J'ai la haine ", ajoute-t-elle. Le petit cortège a voulu ensuite rejoindre, drapeau français sur le dos, la préfecture. Mais à quelques mètres de la place de la république, les manifestants ont été bloqué net par l'arrivée des forces de l'ordre.

Mais pas de quoi entamer le calme du groupe qui en a profité pour remercier les forces de l'ordre pour leur travail et les inviter à les rejoindre. Au bout d'une vingtaine de minutes, les manifestants ont décidé de rebrousser chemin après avoir chanter fièrement la Marseillaise. Ils ont ensuite repris la direction de la place de la République, avant de se séparer rapidement. Mais certains se sont promis une chose : se faire entendre de nouveau.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu