Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Une marche blanche en hommage aux victimes du coronavirus organisée dans le Gard

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Gard Lozère

Léocadie Mendez est la représentante dans le Gard de l'association "Victimes du Covid-19". Depuis le décès de son père le 1er mai 2020, cette habitante de Calvisson se bat pour qu'une journée de deuil national soit créée pour ces victimes.

Richard Mendez, mort du Covid le 1er mai aurait eu 100 ans le 30 novembre 2020
Richard Mendez, mort du Covid le 1er mai aurait eu 100 ans le 30 novembre 2020 - Léocadie Mendez

Il s'appelait Richard Mendez, il allait avoir 100 ans à la fin de l'année. Il est mort du Covid-19 au CHU de Nîmes le 1er mai. C'est l'une des nombreuses victimes du coronavirus en France. Sa fille, Léocadie Mendez, qui habite Calvisson (Gard) se bat aujourd'hui pour savoir dans quelles circonstances exactes il est décédé. "Il était rentré à l'hôpital le 23 mars pour une inflammation de l'estomac, explique-t-elle. Il est mort le 1er mai. Ce n'est pas un chiffre, ce n'est pas une statistique. Je veux que justice lui soit rendue."  Avec d'autres familles, elle a donc saisi une avocate toulousaine pour demander toute la lumière sur ce décès. "Pas pour l'argent, mais pour avoir des explications.

Une journée de deuil national

Comme tous les membres de l'association "Victimes du Covid 19", Léocadie Mendez souhaite également qu'une journée de deuil national soit créée en hommage à toutes les victimes. Elle en appelle pour ça à Emmanuel Macron et aux politiques de tous bords. "Il y a des journées pour les lépreux, pour les chats, pour les câlins, je pense que les victimes du Covid 19 ont droit à une journée de deuil pour que justice leur soit rendue, mais aussi pour que nous, les familles puissions faire notre deuil. Nos proches sont morts d'une mort violente, ils ont été sacrifiés au nom de leur âge, ils n'ont pas eu droit à du matériel respiratoire, ils sont morts seuls et ils ont été enterrés comme des pestiférés. Leur cercueil était scellé. Je n'ai pas pu me recueillir auprès de Papa, le toucher et lui dire au revoir." 

Léocadie Mendez compte également organiser une marche blanche pour ces victimes dans le Gard, en septembre. 

"Les gens porteraient un masque s'ils avaient eu un proche mort du Covid." 

Difficile aujourd'hui pour Léocadie de tourner la page. D'autant que le virus continue de circuler. "Je ne comprends pas qu'on ne porte pas de masque. Ces personnes ne se rendent pas compte de la gravité de ce virus. Elles n'ont pas eu des proches, morts du Covid. Le port du masque, c'est par respect pour soi-même et pour les autres. Même mes enfants qui sont jeunes, je les rappelle à l'ordre et je leur rappelle comment est décédé leur grand-père.

Léocadie Mendez espère en témoignant que d'autres familles feront de même. "Plus nombreux, nous serons plus forts pour que ces morts du Covid ne soient pas oubliés."  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess