Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

La marche controversée contre l'islamophobie rassemble 13.500 personnes à Paris, 1.000 en région

- Mis à jour le -
Par , France Bleu, France Bleu Paris

Une marche controversée contre l’islamophobie était organisée ce dimanche 10 novembre à Paris, mais aussi à Toulouse, Avignon et Marseille. 13.500 personnes ont défilé dans la capitale, 1.000 environ en région. Il n'y a pas eu d'incident.

Des milliers de personnes ont défilé à Paris contre l'islamophobie
Des milliers de personnes ont défilé à Paris contre l'islamophobie © AFP - ELKO HIRSCH / HANS LUCAS

Paris, France

Plusieurs manifestations ont été organisées ce dimanche pour dire "Stop à l'islamophobie". A Paris, le rendez-vous était donné à 13h à la gare du Nord pour arriver vers 16h place de la Nation, avant une dispersion prévue vers 18h. Selon un décompte du cabinet indépendant Occurence, mandaté par un collectif de médias, 13.500 personnes ont défilé dans la capitale. On pouvait lire sur les pancartes des manifestants : "Vivre ensemble, c'est urgent", ou encore "Oui à la critique de la religion, non à la haine du croyant". Les participants ont aussi scandé : "Solidarité avec les femmes voilées".

  • A Toulouse, le cortège est parti de 15h du métro Jean-Jaurès. Entre 300 et 400 manifestants étaient mobilisés selon France Bleu Occitanie.
  • A Marseille, le rendez-vous était à 14h, mais le rendez-vous a été peu médiatisé. La police a indiqué à France Bleu Provence qu'il y avait eu une centaine de participants 
  • Ils étaient également une centaine à Avignon selon France Bleu Vaucluse.
  • Ce samedi, une manifestation avait déjà eu lieu à Amiens. Environ 200 personnes sont allés de la maison de la culture jusqu'à la gare dans le calme selon France Bleu Picardie qui était sur place.

Les organisateurs voulaient dénoncer "la stigmatisation" des musulmans dans le pays, citant l'attaque de la mosquée de Bayonne, ou cette mère de famille voilée prise à partie par un conseiller régional Rassemblement national (RN) en Bourgogne-Franche-Comté.

La gauche divisée

L'appel à manifester a été lancé dans Libération, et a été signé par plusieurs figures de gauche, dont Philippe Martinez, le secrétaire général de la CGT, le leader de La France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, ou encore celui de Génération.s, Benoît Hamon. Mais certains signataires dérangent, comme le Collectif contre l'islamophobie (CCIF) accusé de liens avec les Frères musulmans. Si bien que d'autres personnalités politiques, comme l'écologiste Yannick Jadot, ou les insoumis François Ruffin et Adrien Quatennens ne seront pas présents et que les rangs risquent d'être clairsemés. 

Se concentrer "sur la valeur de la cause"

Juste avant le départ du cortège parisien, Jean-Luc Mélenchon a appelé dimanche à ne pas "confondre quelques personnes avec la valeur de la cause qui est servie". Il a déploré que l'on finisse "par oublier l'événement fondateur" de cette manifestation, à savoir "la tentative de meurtres devant la mosquée de Bayonne" qui a fait deux blessés par balle fin octobre. Le tireur présumé est un ancien candidat du Front national aux cantonales.
Il a aussi dénoncé "l'ambiance de haine, de vindicte et de stigmatisation des musulmans qui règne depuis quelques mois" en France.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu