Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Une marche pour dire "stop aux violences" entre l'Ile-Saint-Denis et Villeneuve-la-Garenne

samedi 29 septembre 2018 à 21:31 Par Laura Lavenne, France Bleu Paris et France Bleu

Une marche des familles était organisée ce samedi 29 septembre entre l’Île-Saint-Denis et Villeneuve-La Garenne, en Seine-Saint-Denis. Une centaine de personnes étaient présentes pour dénoncer les règlements de comptes entre les bandes rivales de ces deux cités voisines.

Une centaine de personnes réunies ce samedi 29 septembre pour la marche des familles devant la mairie de Villeneuve-la Garenne
Une centaine de personnes réunies ce samedi 29 septembre pour la marche des familles devant la mairie de Villeneuve-la Garenne © Radio France - Laura LAVENNE

L'Île-Saint-Denis, France

"Stop aux violences", c'est le message qu'ont voulu faire passer des habitants de Seine-Saint-Denis. Ce samedi 29 septembre, sur l'initiative de plusieurs familles, une marche a été organisée entre l’Île-Saint-Denis et Villeneuve-La Garenne. L'objectif : dénoncer les règlements de comptes entre les jeunes de ces deux cités voisines. 

Une marche citoyenne en réaction à la violente agression qui a plongé, pendant 10 jours, un adolescent de 15 ans dans le coma. Une centaine de personnes étaient présentes. Elles ont défilé ensemble, banderole à la main, sur le pont qui sépare Villeneuve-la-Garenne de l’Île Saint-Denis. Un pont symbolique puisque c'est de part et d'autre de ce pont que les jeunes des deux villes se font la guerre. 

"C'est un jeu pour eux, ils veulent montrer qu'ils sont les plus forts"

Dans le cortège, la mère d'un des jeunes agressés au début de l'été, est venue réaffirmer son ras-le-bol mais aussi sa peur : "Il faut que cela cesse parce qu'on peut perdre une vie comme ça, pour rien, gratuitement. Hier c'était mon fil, aujourd'hui c'est son neveu, demain ce sera qui ?". Et à sa fille d'ajouter : "C'est un jeu pour eux, ils veulent montrer qu'ils sont les plus forts, mais il faut qu'ils se rendent comptent que quand ils s'affrontent, ça ne les touche pas seulement eux mais toute leur famille."

A l'écart des discours des élus présents pour l'occasion, devant la mairie de l’île-Saint-Denis, une petite bande tend l'oreille. Certains se disent prêts à faire des efforts, pour leurs familles, d'autres sont plus fatalistes. "_Une marche, ça ne changera rien, c'est comme ça, c'est la vie de la cité, nous sommes nés dans la violence et ça ne changera pas"_, assure l'un d'eux.

"Que la République respecte les habitants qui sont ici et leur apporte enfin l'égalité".

Sortir ces jeunes de la violence est une mission collective estime les familles. De son côté, le maire de l’Île-Saint-Denis, Mohamed Gnabaly a promis de développer plus d'animations pour la jeunesse, plus de partenariats avec Villeneuve-la-Garenne, mais elle demande à l'Etat de prendre sa part en donnant aux quartiers les moyens financiers dont ils ont besoin. 

Un avis partagé par Eric Coquerel, le député France insoumise de la Seine Saint Denis : "_on est dans des départements qui manquent de moyens, les villes font ce qu'elles peuvent mais ça manque de moyens pour la prévention, les associations, l'éducation et il serait temps de faire en sorte que la République respecte les habitants qui sont ici et leur apporte enfin l'égalité par rapport aux autres territoire_s".