Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Une marche pour la culture à Bordeaux

mercredi 12 mars 2014 à 16:15 Par Stéphanie Brossard, France Bleu Gironde

Une centaine de professionnels du spectacle a défilé à la mi-journée ce mercredi, entre la DRAC, la mairie de Bordeaux et le Conseil régional d'Aquitaine, pour l'emploi, la culture et la défense du statut des intermittents.

le logo des manifestants pour défendre la culture
le logo des manifestants pour défendre la culture © Radio France

Comme à Paris, Toulouse, Lille ou Perpignan, les professionnels du spectacle ont marché à Bordeaux pour défendre le statut des intermittents et les budgets de la culture plus généralement . Avec la crise, selon eux, plus que jamais, la culture est devenue "une variable d'ajustement" . Aurélie Filippetti, était montée au créneau le mois dernier, estimant que son ministère (de la Culture) avait contribué "plus que les autres" à la réduction des dépenses publiques et avait donc "fait son effort" .

Les manifestants ont fait un 1er arrêt devant la mairie de Bordeaux - Radio France
Les manifestants ont fait un 1er arrêt devant la mairie de Bordeaux © Radio France

Dans le cortège, des comédiens, techniciens et représentants de petites et grosses structures, comme le Théâtrenational Bordeaux Aquitaine qui vit à 70 % de subventions et qui craint pour l'avenir.

Dans le cortège bordelais,

"Le TNBA, ce sont 50 permanents, mais aussi, 150 à 200 intermittents à l'année." "Ce n'est pas un mouvement corporatiste, la culture est universelle." — Ariane Braun administratrice au TNBA

également mobilisé,

"L'intermittence nous permet de vivre et de créer." — Dominique, comédien

D'autres mobilisations sont annoncées, le 20 mars en particulier , à Paris devant le siège du Medef, pour l'ultime séance de négociations sur le statut d'intermittents.