Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Une Mayennaise photographie des bébés décédés à la naissance : "Je photographie l'amour des parents pour ce bébé"

vendredi 9 novembre 2018 à 7:07 Par Charlotte Coutard, France Bleu Mayenne, France Bleu Maine et France Bleu

Les photographes bénévoles de l'association Souvenange proposent à des parents en deuil après la mort d'un bébé, de photographier leur nourrisson, pour leur permettre d'en garder un souvenir, et les aider à faire leur deuil. Rencontre avec une photographe mayennaise et une maman concernée en Sarthe.

En France, 180 photographes bénévoles font partie de l'association Souvenange.
En France, 180 photographes bénévoles font partie de l'association Souvenange. - Alexia Quéméner - Souvenange

Preaux, France

Les photos sont encadrées, bien visibles, dans la maison de Jennifer, une jeune maman sarthoise de 32 ans. Sur ces photos, trois petites filles, des triplées, nées en mai dernier. Mais l'une d'elle est décédée quelques heures après sa naissance, Adaline.

Le diagnostic est tombé rapidement au début de la grossesse de Jennifer. Elle a su au bout de trois mois que l'une de ses triplées n'allait pas survivre. "Très rapidement, ça a été une évidence qu'il allait falloir faire quelque chose pour garder une trace de cette petite fille, qui faisait partie de notre cellule familiale", raconte Jennifer.

Une seule photographe pour la Mayenne et la Sarthe

Jennifer contacte alors Anne-Sophie Queuin, photographe professionnelle installée à Préaux dans le Sud-Est de la Mayenne, bénévole pour l'association Souvenange depuis un an. L'association a été créée en 2014, elle propose aux parents en deuil de photographier, gratuitement, leurs nourrissons décédés. Elle regroupe 180 photographes bénévoles dans toute la France, une seule pour la Mayenne et la Sarthe, Anne-Sophie Queuin.

"Je suis intervenue à la maternité pour photographier cette famille" - Anne-Sophie

Celle-ci réalise donc plusieurs photos juste après la naissance des triplées. "Je suis intervenue à la maternité pour photographier cette famille avec ces trois petites filles, et cette petite fille était encore en vie", explique Anne-Sophie. "Quand les parents nous appellent, on se déplace dans les maternités pour prendre des photos du bébé, des photos de détails, les mains, les pieds, les oreilles, le nez, la bouche, pour garder un souvenir de ce bébé".

"Les photos permettent de se remémorer" - Jennifer

Anne-Sophie Queuin a photographié Adaline, la fille de Jennifer, juste avant sa mort. Reportage.

L'existence éphémère de cette petite fille a donc été captée, immortalisée. "Les photos, c'est quelque chose dont j'aurai toujours besoin, parce que c'était des moments de vie, de joie, de bonheur. Avec six mois de recul, il y a des choses qui s'effacent, on a l'impression d'oublier, et les photos permettent de se remémorer, la forme de son visage, ses petites mains, des petits détails", confie Jennifer, très émue.

"Parce qu'elle était là, parce que je l'ai portée" - Jennifer.

Grâce à ces photos, Jennifer va aussi pouvoir parler de leur sœur à ses deux petites filles, toujours en vie. "Je voulais en premier lieu garder un souvenir le plus beau possible et le plus doux possible pour moi en tant que maman. Mais aussi pour pouvoir présenter des photos qui soient le plus jolies possibles, aussi pour mes filles plus tard. Parce qu'à un moment donné, la question se posera forcement pour mes filles, de savoir pourquoi leur sœur n'est plus là, donc pour avoir une image de cette sœur qu'elles ont côtoyée uniquement pendant quelques jours", raconte Jennifer.

Le témoignage de Jennifer : cette maman a perdu l'une des ses filles, la petite Adaline, à la naissance.

"Il fallait qu'elle ait cette place auprès de nous" - Jennifer

"Parce qu'elle était là, parce que je l'ai portée pendant les sept mois que j'ai porté ses sœurs, elle était présente. Je l'ai sentie, j'ai vu son cœur battre, il était évident pour nous qu'elle faisait partie de notre famille, et il fallait qu'elle ait cette place auprès de nous", ajoute la jeune maman.

Donner une existence à des bébés décédés avant ou pendant l'accouchement

Dans le cas de Jennifer, sa petite Adaline était encore en vie au moment de la prise de photos, mais Anne-Sophie Queuin photographie aussi des bébés morts avant ou pendant l'accouchement.  Elle retouche également des photos prises par les parents ou par les maternités de nourrissons décédés. 

"Rendre plus douces les images, qu'elles puissent être regardées de manière plus sereine" - Anne-Sophie.

"Le but, ce n'est absolument pas de faire d'un bébé décédé un bébé vivant, c'est surtout de pouvoir rendre plus douces les images, qu'elles puissent trouver leur place dans un album de famille, ou qu'elles puissent être regardées de manière plus sereine", explique Anne-Sophie Queuin. "On agit par exemple sur la colorimétrie de la peau des bébés. Moi j'emmène toujours quelques petits accessoires pour faire en sorte que le bébé soit un peu dans un cocon. Ça peut être un petit plaid, pour rendre plus douce et plus lisible l'image", ajoute la Mayennaise.

Survivre à la mort de son bébé

Aider les parents à faire leur deuil, à continuer à vivre après la mort de leur bébé, c'est ce qui motive la photographe. "Il a fallu beaucoup de temps pour moi, plusieurs années, pour me sentir prête à accompagner et à aider les parents. Je suis bien aujourd'hui dans ce que je fais, ça peut paraître un peu glauque, un peu bizarre. Je photographie des bébés décédés mais je photographie avant tout l'amour que des parents ont pour ce bébé, et la place qu'il a dans cette famille", sourit la photographe.

"Ça peut paraître un peu glauque, un peu bizarre, mais je photographie avant tout l'amour que des parents ont pour ce bébé" - Anne-Sophie.

Pour faire partie de l'association, Anne-Sophie a reçu une formation, notamment sur le deuil périnatal. "Le processus du deuil périnatal est assez particulier par rapport à un deuil traditionnel. Quand on perd une personne, qu'on a vécu des années avec elle, il nous reste plein de souvenirs, on se raccroche à plein de choses. C'est très difficile, c'est très douloureux, ça reste un deuil. Dans le cas d'un deuil périnatal, il faut bien se rendre compte que ces parents ont projeté un avenir avec leur enfant, mais finalement ils n'auront aucun souvenir, n'auront pas vécu avec lui", explique Anne-Sophie.

"Ces photos sont les seules choses qui restent de cet enfant" - Anne-Sophie.

Anne-Sophie Queuin permet aux parents d'avoir un souvenir de leur bébé décédé.

"Finalement ces photos sont les seules choses qui restent de cet enfant, les seules choses qui permettent à ces parents de donner une place à cet enfant dans la famille aussi. D'avoir des souvenirs, pour ne pas oublier. On n'oublie jamais, mais avec le temps, les souvenirs, les images s'estompent. Même si cette photo reste dans une boîte pendant des années, peut-être qu'un jour ils auront besoin de la sortir et de la regarder", estime Anne-Sophie.

Les photographes bénévoles peuvent faire appel, s'ils le souhaitent, s'ils en ressentent le besoin, à la psychologue de l'association.

L'association recrute des bénévoles

Ce service est entièrement gratuit pour les familles, les photographes sont bénévoles. L'association recherche des volontaires en Mayenne et en Sarthe, car Anne-Sophie Queuin est seule pour ce secteur, et elle a son activité de photographe professionnelle en parallèle. Pour faire connaître ce service dans les maternités mayennaises et sarthoises, il faudrait plus de photographes. 

Pour toutes demandes d'informations - demande de prises de photos, demande de retouches, ou candidature bénévole - il faut remplir le formulaire de contact sur le site de Souvenange.

Anne-Sophie Queuin, photographe bénévole pour Souvenange. - Radio France
Anne-Sophie Queuin, photographe bénévole pour Souvenange. © Radio France - Charlotte