Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Une mère azuréenne écrit à Emmanuel Macron pour qu'il l'aide à retrouver sa fille

-
Par , France Bleu Azur, France Bleu
Nice, France

Une Azuréenne, habitante de Cagnes-sur-Mer, vient d'écrire au président Macron pour qu'il intervienne dans une affaire d'enlèvement parental d'enfant. En novembre 2015, le père de Jenna, trois ans aujourd'hui, repartait soudainement en Tunisie avec sa fille sans prévenir la mère.

Jenna, 1 an, avant qu'elle soit enlevée
Jenna, 1 an, avant qu'elle soit enlevée - .

C'est son dernier recours. Maria Wanger en appelle au chef de l'état pour qu'il intervienne directement auprès de son homologue tunisien afin de retrouver sa fille et le père, que Maria soupçonne d'être caché et d'être protégé par la famille.

Depuis deux ans, elle n'a plus vu sa fille et n'en peut plus. Elle vit au rythme des voyages entre Cagnes-sur-Mer et Sousse. "C'est important que j'aille là-bas pour sans cesse démontrer que je ne lâche rien, explique Maria Wanger. Mon avocat est sur place également et pousse pour que les autorités tunisiennes appliquent ce que la justice a décidé."

Il faut dire que justices française et tunisienne ont donné raison à Maria et lui ont confié la garde de Jenna. Mais depuis des mois, cette décision n'est pas appliquée. Le père reste introuvable, sa famille dit ne plus avoir de contact avec lui et le dossier stagne. Maria Wanger s'agite donc.

Elle a ouvert une pétition et a donc écrit à Emmanuel Macron. Son cas n'est malheureusement pas unique : en 2016, en France, le ministère de l'Intérieur avait répertorié 497 enlèvements parentaux.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess