Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Une mobilisation à Saint-Étienne pour ne pas oublier les migrants

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Une cinquantaine de personnes étaient réunies place Jean-Jaurès ce mardi 4 juin, à Saint-Étienne, pour dénoncer l’inaction des pouvoirs publics face à la crise des migrants qui dure maintenant deux mois. Ces hommes et ces femmes ont trouvé refuge à Solaure et la Talaudière.

Les soutiens des migrants de Saint-Étienne veulent que le droit au logement des demandeurs d'asile soit respecté
Les soutiens des migrants de Saint-Étienne veulent que le droit au logement des demandeurs d'asile soit respecté © Radio France - Fabrice Hawkins

Saint-Etienne

La crise de migrants dure depuis deux mois à Saint-Étienne. Après avoir été délogés de la Bourse du travail, ils se sont installés à la Faculté Jean-Monnet d'où ils ont dû partir. Aujourd'hui, ils sont une quarantaine à vivre dans la rue. Une cinquantaine ont trouvé refuge dans l'ancienne poste de Solaure, à Saint-Etienne et une autre cinquantaine dans une piscine désaffectée, à La Talaudière

Cinquante personnes entassées dans un espace pas adapté, ce n'est pas évident tous les jours" - Un bénévole de la Cimade

Une situation intenable pour les bénévoles comme Fernand, engagé à la Cimade : " Cinquante personnes qui se retrouvent entassées dans un espace qui n’est pas adapté, évidemment ce n’est pas évident tous les jours", confie le jeune homme.  Et les solutions d'hébergement ne sont que temporaires puisque le maire de Saint-Etienne, Gaël Perdriau, veut faire expulser les migrants de l'ancienne poste de Solaure. C'est en ce sens qu'il a saisi le tribunal administratif de Lyon.

La Ville de Saint-Etienne veut faire évacuer l'ancienne poste de Solaure

Les magistrats ont estimé qu'il n'y avait aucune urgence à faire évacuer les lieux mais la Ville de Saint-Etienne a l'intention de faire appel. En attendant, Jean-François Perrin, l'un des membres du collectif de soutien aux familles de Solaure, se félicite de ce sursis : "Le tribunal a dit qu’il n’était pas justifié de libérer ces locaux actuellement. Je pense que ces familles sont légitimes puisqu’elles devraient être logées par l’état". Jean-Marie Fayol Noireterre, de la ligue des droits de l'homme,  renchérit : "Ce qui est quand même dommage, voire triste, c’est de considérer que dans un pays qui se dit des droits de l’homme on ne respecte pas les droits, notamment ceux des étrangers ".

Le maire de Saint-Etienne, Gaël Perdriau, estime que c'est à la préfecture de s'occuper des logements des demandeurs d'asile. L'Etat a en effet l'obligation de les mettre à l'abri, le temps que leur demande d'asile soit examinée. Obligation qui n'est, à ce jour, pas respectée car les Cada (Centres d'accueil de demandeurs d'asile) sont saturés.