Société

Une nouvelle coupe pour deux euros avec les coiffeurs de l'espoir à Auxerre

Par Élisa Brinai, France Bleu Auxerre vendredi 20 janvier 2017 à 8:00

Karima est la première cliente du CIFA d'Auxerre à venir avec un bon "coiffeur de l'espoir".
Karima est la première cliente du CIFA d'Auxerre à venir avec un bon "coiffeur de l'espoir". © Radio France - Elisa Brinai

Shampoing, coupe et brushing pour deux euros, c’est possible à Auxerre. Depuis début janvier, le Centre de Formations des Apprentis s’est inscrit à dans l’opération « coiffeurs de l’espoir ». L’objectif : offrir une coupe de cheveux de qualité pour deux euros aux personnes les plus démunies.

Les jeunes apprentis coiffeurs d’Auxerre plongent les mains, non pas dans le camboui comme le veut l’expression, mais bien dans le shampoing, selon leur habitude, pour aider les personnes aux revenus modestes à obtenir une bonne coupe de cheveux. Depuis début janvier, le Centre de Formation pour Apprentis de l'Yonne s'est inscrit dans l’opération « coiffeurs de l’espoir », initiée par l'entreprise l'Oréal en 1997. Le principe: proposer des rendez-vous à deux euros pour les personnes dans le besoin. Le tarif comprend tout : shampoing, soin, coupes, brushing...Les rendez-vous peuvent être pris tous les lundis et jeudis après-midis avec des bons spéciaux. L’occasion pour des clients, qui n’avaient plus franchis la porte d’un salon de coiffure depuis belle lurette, de se faire plaisir.

Prendre du temps pour soi même quand on a peu de moyens

Face au grand miroir argenté, Karima s’observe et sourit. Ses cheveux roux encore mouillés sont noués au-dessus de sa tête. Elle tente d’imaginer à quoi elle pourrait bien ressembler après la séance de coiffure. Deux euros pour une nouvelle coupe, qu’elle a le droit de choisir sur un magazine : c’est un luxe qu’elle ne pensait plus pouvoir s’offrir.

Karima est au chômage depuis plus de quatre ans. Elle élève seule ses trois enfants alors avec ses maigres moyens, elle a renoncé à certains plaisirs personnels, comme le coiffeur, « hors de prix », s’exclame-t-elle. Depuis combien de temps n’a-t-elle pas franchit les portes d’un salon de coiffure ? « En tout cas plus d’une année, ça c’est sûre ! ». Il y a quelques jours, son conseiller au P.L.I.E - Plan Local pour l’Insertion et l’Emploi – à Auxerre lui a parlé de l’opération « coiffeurs de l’espoir » et elle a sauté sur l’occasion.

C’est un plaisir de consacrer du temps pour soi. On oublie ses soucis, on les met de côté. Pendant une heure ou deux, il n’y a plus rien qui existe.

- Karima, cliente

Quatorze apprentis accueillent les clients tous les lundis et jeudis après-midis au "Salon Emotion" du CIFA d'Auxerre. - Radio France
Quatorze apprentis accueillent les clients tous les lundis et jeudis après-midis au "Salon Emotion" du CIFA d'Auxerre. © Radio France - Elisa Brinai

Des apprentis coiffeurs aux petits soins

C’est Morgane une jeune fille de dix-huit ans qui s’occupe de Karima. La jeune coiffeuse est en deuxième année de BEP et elle sera diplômée dans quelques mois. Pour ce rendez-vous particulier du jour, elle ne lésine pas sur les moyens : « Je lui ai appliqué un soin. On va passer à la coupe : un carré traditionnel dégradé », détaille-t-elle. C’est la coupe que Karima a choisie sur les pages de papier glacé. Il y en a pour plus d’une heure de coiffage. Morgane tire sa satisfaction du plaisir que prend sa cliente.

Ça se voit quand les clientes n'ont pas l'habitude de se faire pouponner. Moi je trouve cela bien, parce qu'il y a des gens dans le besoin qui n'ont pas les moyens d'aller chez le coiffeur et ça les change.

-Morgane, apprentie coiffeuse

Ecoutez le reportage d'Elisa Brinai sur "les coiffeurs de l'espoir" à Auxerre.

Retrouver confiance en soi grâce à une nouvelle coupe

Changer de coiffure peut aussi être un excellent moyen de retrouver confiance en soi, pour redorer son image, avant un entretien d’embauche ou une nouvelle étape dans sa vie. Sandra formatrice au CIFA d’Auxerre en est persuadée.

Les cheveux peuvent compter énormément pour se redynamiser. Souvent quand on a envie de changer de coupe, c’est que l’on a envie de changer de vie.

Sandra, formatrice au CIFA

"Les personnes franchissent un grand pas dans leur tête en passant la porte du salon de coiffure", le témoignage de Sandra, formatrice en coiffure au CIFA de l'Yonne.

Karima sort transformée du salon de coiffure. Elle était entrée timide et bouclée. Elle ressort avec un carré lisse et l’air enjoué. Même si sa nouvelle coupe, un peu courte, la laisse un peu sceptique: "je crois que ça ne me va pas très bien », rigole-t-elle en cherchant la photo qui l'avait inspirée dans le magazine. Morgane l'assure, elle a bien tenter d'imiter cette coiffure mais forcément on obtient jamais le même effet que sur le mannequin. « Au moins, ça change ! », conlut Karima. Et c’est bien là, l’essentiel.

Au delà de l'opération "Coiffeurs de l'espoir", tout le monde peut aller se faire coiffer au CIFA de l'Yonne, tous  les lundis et jeudis après-midis. - Radio France
Au delà de l'opération "Coiffeurs de l'espoir", tout le monde peut aller se faire coiffer au CIFA de l'Yonne, tous les lundis et jeudis après-midis. © Radio France - Elisa Brinai

Pour bénéficier d’une coupe à deux euros, il faut aller chercher un bon « coiffeurs de l’espoir » auprès de l’un des trois organismes partenaires de l’opération à Auxerre :

  • [le P.L.I.E](http://PLIE auxerre)

  • [le Phare](http://la maison pour l’emploi)

  • [la maison pour l'emploi](http://la maison pour l’emploi)
   - Radio France
© Radio France -