Société

Une nouvelle formule pour le plan Vigipirate

Par Marina Cabiten, France Bleu jeudi 20 février 2014 à 7:00

Le plan Vigipirate est modernisé pour "faire face à de nouveaux risques"
Le plan Vigipirate est modernisé pour "faire face à de nouveaux risques" © MaxPPP

Créé il y a 36 ans, le plan Vigipirate de lutte contre la menace terroriste était devenu "obsolète" selon le gouvernement. Une nouvelle formule entre en vigueur ce jeudi . Elle abandonne l'échelle de couleurs et se veut plus compréhensible pour les citoyens.

Tout le monde en France connaît le plan Vigipirate, mais souvent sans concrètement comprendre de quoi il s'agit. Et pour cause. Créé en 1978 à l'époque d'une vague d'attentats en Europe, ce plan de prévention et de lutte contre la menace terroriste était "obsolète et peu transparent", de l'aveu même du gouvernement. Pour y remédier, une nouvelle formule entre en vigueur ce jeudi.

La fin du code couleurs

Jusqu'ici, le plan Vigipirate se basait sur une échelle de couleurs. "Blanc" en l'absence de menace, et jusqu'à "écarlate". Ce degré de menace le plus fort avait été atteint pour la première fois au moment des tueries de Mohamed Merah à Toulouse et Montauban. 

Mais ce code n'était plus vraiment significatif, comme l'a relevé le Premier ministre : "On était en rouge depuis 2005 (ndlr depuis les attentats de Londres), ce n'est pas de nature à mobiliser nos concitoyens" .

Désormais, il n'y a plus que deux degrés du plan Vigipirate : "vigilance" et "alerte attentat". Ces deux niveaux seront représentés par des logos >

Les nouveaux logos Vigipirate - Aucun(e)
Les nouveaux logos Vigipirate

En temps normal, le dispositif sera à la "vigilance".

Souci de transparence

Le gouvernement affiche aussi une volonté de mieux informer le public sur ce plan. Pour cela, une centaines de mesures sur les 300 prévues par Vigipirate seront désormais consultables en ligne sur risques.gouv.fr, à partir de jeudi soir. Certaines sont bien connues, comme le déploiement de forces de l'ordre dans les lieux publics, ou les contrôles de sécurité. Mais la majorité des mesures reste confidentielle.

Sur le fond, pas de changement. Le plan Vigipirate disposera des mêmes moyens humains et juridiques selon le gouvernement, qui insiste aussi sur la garantie des libertés individuelles. C'est la principale critique émise par les opposants à ce plan, qui estiment qu'il restreint les libertés et le droit à la vie privée.