Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Une nouvelle manifestation contre la future prison de la Loire mobilise 1500 personnes

dimanche 27 novembre 2016 à 17:46 Par Angy Louatah, France Bleu Saint-Étienne Loire

Ce dimanche matin, environ 1500 personnes venues de Saint-Bonnet-les-Oules et des communes voisines ont formé une chaîne humaine contre le projet de prison.

Dans le brouillard, les organisateurs ont apprécié la mobilisation.
Dans le brouillard, les organisateurs ont apprécié la mobilisation. © Radio France - Angy Louatah

Saint-Bonnet-les-Oules, France

Quinze jours après une manifestation qui avait réuni mille personnes, les opposants au projet de prison de Saint Bonnet-les-Oules se sont une nouvelle fois mobilisés ce dimanche matin. Environ 1500 personnes ont formé une chaîne humaine sur le site retenu pour la future maison d’arrêt du sud de la Loire.

Un cortège au départ de Veauche

Il y a trois jours, une réunion s'est tenue en préfecture, sans réelle avancée. Une nouvelle réunion est prévue fin janvier. En attendant, les opposants ne lâchent pas l'affaire et cette manifestation était avant tout l'occasion de montrer l'unité des communes voisines de Saint-Bonnet-les-Oules. Il y avait des gens venus d'Andrézieux, de Saint-Galmier, de Chamboeuf et surtout un départ organisé depuis Veauche.

À la tête du cortège veauchois, Thierry, porte-parole des opposants de Veauche, portait un costume rayé noir et jaune de prisonnier. Il ne manque plus que le boulet au pied pour celui qui considère qu'à "800 mètres des premières habitations de Veauche, et à seulement 900 mètres de la crèche et du collège, ce n'est pas possible" d'accueillir cette prison sur ce site.

Après 1000 mètres sur la route départementale, dans le brouillard, les 400 personnes parties de Veauche se sont fondues dans la masse du millier de manifestants arrivés à proximité du site d'implantation de la future prison. Environ 1500 opposants se sont donc tenus par la main pour écrire "Non à la prison" au milieu de ce champ humide. Seul regret : le brouillard épais ne leur a pas vraiment permis de prendre la photo qui aurait permis de mieux lire le message.

Partager les nouveaux arguments

Sur place, l'enjeu était de remobiliser les troupes avant deux mois pendant lesquels le dossier ne devrait pas avancer. En plus de la présence d'un site classé Seveso seuil haut et de l'utilisation de terres agricoles pour construire cette prison, de nouveaux arguments ont été trouvés par les opposants. Ils ont été présentés lors de la réunion en préfecture, à la grande surprise des représentants de l'État d'après Raphaël Petit.

Il y a cette ligne haute tension sous la terre qui coûte environ un million d'euros du kilomètre pour la faire déplacer. Cela n'avait pas été pris en compte, ils étaient surpris d'apprendre cela lors de la réunion. Il y a aussi le fait que tout le terrain était inondé la semaine dernière avec les intempéries. (Raphaël Petit, porte-parole association "Non à la prison")

Deux réunions publiques se tiendront cette semaine, à Chamboeuf mardi, puis à Saint-Galmier jeudi.