Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Une olivetaine en grève de la faim... et en bras de fer avec la mairie

mercredi 25 octobre 2017 à 6:12 Par Patricia Pourrez, France Bleu Orléans et France Bleu

Pascale Auteroche a cessé de s'alimenter depuis 6 jours. Cette professeur de piano demande une meilleure indemnisation pour la perte de son appartement. Il doit être rasé, d'ici 2 à 3 ans, dans le cadre du projet du "Clos du Bourg", à Olivet.

Pascale Auteroche dans son appartement
Pascale Auteroche dans son appartement © Radio France - Patricia Pourrez

Olivet, France

Pascale Auteroche habite depuis 2008 dans le bourg d'Olivet, face à la Place Louis Sallé. Elle est propriétaire d'un appartement de 71 mètres carrés, dans un immeuble des années 70 voué à disparaître. Il doit être détruit d'ici 2 à 3 ans dans le cadre d'un réaménagement total du centre ville d'Olivet. Il s'agit de l'opération baptisée " le Clos du Bourg" qui doit permettre de désenclaver le bourg d'Olivet tout en construisant de nouveaux logements.

J'arrêterai ma grève de la faim quand ils m'auront fait une offre décente - Pascale Auteroche

La Semdo, qui a été choisie pour mener l'opération, est actuellement en discussion pour racheter les appartements et les terrains impactés. " Leurs offres financières sont indécentes" dénonce Pascale Auteroche. "Moi, au mieux, ils vont me proposer 2.100 euros du mètre carré et avec ça, je ne pourrai jamais me reloger dans le bourg d'Olivet". Pour elle, rester dans le bourg est très important. " Je donne des cours de piano à côté, je fais tout à pied et je n'ai pas les moyens de déménager trop loin" explique la professeur de piano. " Il y a bel et bien un préjudice financier et moral" dit-elle, " et cet aspect là, tout le monde s'en fout, c'est inhumain !"

Pascal Auteroche explique les raisons de sa colère et de sa grève de la faim

Cet immeuble qui donne sur la Place Louis Sallé sera normalement rasé d'ici 2 à 3 ans - Radio France
Cet immeuble qui donne sur la Place Louis Sallé sera normalement rasé d'ici 2 à 3 ans © Radio France - Patricia Pourrez

Nous sommes à sa disposition et nous pouvons l'aider- Matthieu Schlesinger

A la Mairie d'Olivet, on se dit à la fois " peiné et surpris" de cette situation. Selon le maire, Matthieu Schlesinger, cette habitante n'a jamais contacté les services communaux. " Elle a un avocat depuis 3 ans et il ne veut passer que par l'avocat de la Semdo, c'est donc un peu compliqué". Sur le fonds, l'élu olivetain estime qu'il n'y a rien à négocier. " L'appartement de Madame Auteroche a été estimé par un notaire, sur les mêmes critères que les Domaines". "Je peux comprendre qu'elle soit déçue, en colère mais, nous collectivité locale, on ne pourra pas lui racheter son appartement à un prix plus élevé que sa valeur, c'est la loi". Matthieu Schlesinger propose néanmoins d'aider cette habitante à trouver à un autre bien, toujours dans le centre ville.

Le maire d'Olivet propose une aide pour trouver un autre appartement à Pascale Auteroche

Le projet "Clos du Bourg" à Olivet prévoit la démolition de l'actuelle caserne des pompiers, la construction de 345 logements et l'ouverture d'un mail entre la Place Louis Sallé et le Parc du Poutyl. Pour mener à bien ce projet, la mairie d'Olivet a dû racheter une quarantaine de biens dont des jardins et des garages.