Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Une paillote de Vendres ouverte malgré un arrêté de fermeture

-
Par , France Bleu Hérault

Les deux gérants d'une paillote de Vendres (Hérault) seront jugés en octobre pour avoir ouvert leur établissement malgré un arrêté de fermeture, ils n'avaient pas respecté les règles sanitaires dans l'établissement.

La paillote a ouvert malgré l'arrêté de fermeture (photo d'illustration)
La paillote a ouvert malgré l'arrêté de fermeture (photo d'illustration) © Radio France - SYLVIE CAMBON

Les deux gérants de la paillote saisonnière "Les Canisses" à Vendres, au sud de Béziers, ont été placés en garde à vue jeudi par les gendarmes pour ne pas avoir respecté un arrêté de fermeture.

La préfecture avait en déjà relevé des manquements aux règles sanitaires imposées dans le cadre de la crise sanitaire. Un premier avertissement avait été dressé le 13 août, mais dès le 14 août, les gendarmes intervenaient en raison d'une bagarre et constataient que huit clients étaient encore là après l'heure limite de fermeture et que le personnel ne portait pas de masque. 

Cette fois, la préfecture délivrait un arrêté de fermeture pour un mois. Mais mercredi, la paillote était encore ouverte avec beaucoup de monde. 

Les deux gérants, un père et sa fille, ont expliqué qu'ils pensaient que l'arrêté prenait effet le lendemain. Ils seront jugés le 12 octobre prochain devant le tribunal correctionnel de Béziers pour ouverture d'un débit de boissons malgré une décision administrative. Ils risquent jusqu'à deux mois de prison et 3.750 euros d'amende.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess