Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Une patiente passe 22 heures sur un brancard aux urgences du CHRU de Brest

-
Par , France Bleu Breizh Izel, France Bleu

Le syndicat SUD de l'hôpital de Brest révèle mardi dans un communiqué qu'une personne âgée est restée 22 heures sur un brancard le week-end dernier aux urgences. Deux autres patients ont attendu plus de dix heures. Des membres du CHSCT ont déposé un nouveau droit d'alerte, le quatrième cet été.

Les délais de prise en charge sont parfois inacceptables aux urgences de la Cavale Blanche, d'après le syndicat SUD.
Les délais de prise en charge sont parfois inacceptables aux urgences de la Cavale Blanche, d'après le syndicat SUD. © Radio France - Nicolas Olivier

L'engorgement des urgences reste une réalité à l'hôpital la Cavale Blanche à Brest. Dans la nuit du samedi 19 au dimanche 20 septembre, une patiente âgée a été prise en charge après 22 heures passées sur un brancard dans une salle de consultation, d'après SUD Santé Sociaux. Au même moment, deux autres personnes étaient en salle d'attente depuis plus de dix heures.

"Danger grave et imminent"

Une situation inacceptable pour ce syndicat, dont les élus au CHSCT (comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail) viennent de déclencher un nouveau droit d'alerte avec danger grave et imminent (comme le 30 juin, le 31 juillet et le 10 août).

Pour le docteur Emran Querellou, qui dirige le service des urgences, "il y a confusion entre le fait d'être pris en charge et le temps de présence sur le plateau, qui peut avoisiner en effet les 10-15 heures. Mais ces patients ont été vus médicalement, surveillés, nourris et soignés pendant toute cette période. Ce n'est pas parce qu'ils ne sont pas sur des lits d'hospitalisation qu'ils ne sont pas pris en charge. En moyenne, chaque patient est vu par un médecin dans les trois heures".

Le syndicat SUD, qui se mobilise depuis des années pour obtenir des créations de postes, assure que les effectifs "ne sont pas adaptés à la charge de travail". Malgré les récents droits d'alerte et les promesses de la direction, aucune amélioration n'a été constatée. Les représentants demandent un moratoire sur les conditions de travail des agents aux urgences de la Cavale Blanche pour faire le point sur les besoins réels en personnels.

Des recrutements sont en cours

Le chef des urgences rétorque que neuf postes équivalent temps plein (des infirmiers et aide-soignants) sont en cours de création. "La direction a validé le recrutement des professionnels, mais c'est vrai que ça tarde un peu" reconnaît le docteur Emran Querellou. Qui estime que "l'enjeu n'est pas le temps d'attente aux urgences, c'est la qualité de l'attente et des soins."

Les urgences adultes de l'hôpital de Brest enregistrent en moyenne 140 passages par jour (avec des pics à 160), soit le même niveau d'activité qu'avant la crise sanitaire.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess