Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Même reporté, le concert de Bertrand Cantat suscite la polémique à Nancy

vendredi 20 avril 2018 à 17:33 - Mis à jour le vendredi 20 avril 2018 à 18:33 Par Thierry Colin, France Bleu Sud Lorraine

L’association Osez le féminisme a interpellé le maire de Nancy et lancé une pétition contre le concert de Bertrand Cantat initialement prévu ce samedi. L’objectif est de susciter le débat sur les violences faites aux femmes. Le concert a été reporté au dernier moment pour raison médicale.

L'association Osez le féminisme demande l'annulation du concert à l'Autre Canal à Nancy.
L'association Osez le féminisme demande l'annulation du concert à l'Autre Canal à Nancy. © Radio France - Thierry Colin

Nancy, France

Le concert de Bertrand Cantat prévu samedi 21 avril dans la salle de musique L’Autre Canal à Nancy a été annulé par la production du chanteur qui a prévenu 24 heures avant le concert. Le concert est plus précisément reporté au 19 mai, officiellement pour des raisons médicales. Cette semaine, les féministes avaient lancé une pétition en ligne demandant l'annulation de ce spectacle. 

L’association Osez le féminisme interpelle également le maire de Nancy, mais ne souhaite pas aller donner des coups de pancartes en carton sur la tête du chanteur. «On veut susciter la réflexion» assure la présidente de l’association en Meurthe-et-Moselle qui interpelle les politiques et les 1300 spectateurs qui ont acheté leur billet en ligne.

"Il devrait faire preuve de plus de discrétion" : pour Anne-Lise Hérold, présidente de l'association osez le féminisme en Meurthe-et-Moselle

Un courrier a été adressé au maire de Nancy, Laurent Hénart, avec une question : «Comment une collectivité peut mener une politique de lutte contre les violences faites aux femmes et héberger, dans une salle subventionnée, le concert d’un homme qui a tué sa compagne ?»  

Faire preuve de discrétion

Pour Anne-Lise Hérold, présidente de l'association Osez le féminisme en Meurthe-et-Moselle, «l’artiste devrait faire preuve de plus de discrétion : l’association lutte contre son affichage. Quel message pour les filles, les femmes mais aussi les hommes qu’un homme, qui a massacré, puisse continuer être aussi connu et aussi célébré ? Le message c’est que finalement tuer une femme, ce n’est pas si grave, la preuve, on peut continuer être célébré et continuer à s’enrichir».

Tournée maintenue

Bertrand Cantat a entamé une tournée le 1er mars à La Rochelle et a suscité les contestations, notamment à Grenoble ou Montpellier. Avec des concerts annulés à Istres par le gestionnaire de la salle « face aux nombreuses réactions négatives de citoyens ». Le chanteur a annoncé renoncer à se produire dans les festivals d'été mais la tournée du chanteur continue et doit se terminer à l'Olympia les 29 et 30 mai 2018. Ce renoncement avait été jugé insuffisant par Nadine Trintignant, qui a appelé le chanteur à s'arrêter "complètement".

Salle subventionnée

Libéré en 2007 de la prison de Muret près de Toulouse, Bertrand Cantat a purgé plus de la moitié de sa peine après avoir été condamné à huit ans de prison pour coups mortels sur sa compagne, la comédienne Marie Trintignant. Le drame s’est déroulé en 2003. Les feministes s’indignent : «Cette salle de concert subventionnée entre autres par la Ville de Nancy, va donc bientôt abriter le concert d’un homme violent qui a massacré sa compagne, Marie Trintignant, à coups de poing.» 

Tolérance et bienveillance

De son côté, le directeur de l’autre canal, Henri Didonna maintient et explique sa programmation : «nous assumons complètement le fait de ne pas avoir censuré Bertrand Cantat. Nous ne souhaitons pas donner trop d’importance au sujet, ni nourrir la polémique. Pour nous c’est un concert comme les autres,  je serai présent ce soir là et principalement sur le parvis pour répondre à d’éventuelles questions. Nous ferons en sorte que tout se passe bien et inciterons comme d’habitude à un maximum de bienveillance et de tolérance».

Un programmateur sur la même longueur d'ondes que la Fédélima, fédération qui regroupe les lieux et projets dédiés aux musiques actuelles, qui a pris position pour appeler au respect de la liberté d’expression artistique et de programmation : «nous demandons, puisque la tournée de cet artiste se poursuit, que les conditions d’un dialogue raisonné soient acceptées par toutes les parties».  

Liberté de programmation

L’association Osez le féminisme demande une annulation du concert : « M. le Maire de Nancy, nous vous demandons de prendre position du côté des collectivités qui refusent de soutenir Bertrand Cantat : annulez son concert à l'Autre Canal le 21 avril !». Mais pour le directeur de la salle rock nancéienne, Henri Didonna, «ce n'est pas le maire de Nancy qui programme la salle, on est un lieu labélisé, financé par l'Etat, la Région, la Ville et on a une liberté de programmation. Je comprends que Bertrand Cantat, dans la lumière, puisse gêner certaines personnes, mais ce n'est pas en le censurant que l'on fera avancer les choses».

Aucune demande de manifestation devant la salle de spectacle nancéienne n’avait été déposée en préfecture pour ce samedi 21 avril. La prochaine date de concert a été fixée au 19 mai, peut-être le temps pour les féministes de Nancy de mobiliser des opposants.