Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Une pétition lancée pour scolariser Baptiste, un adolescent autiste d'Alby-sur-Chéran

-
Par , France Bleu Pays de Savoie, France Bleu
Alby-sur-Chéran, France

La pétition a déjà recueilli plus de 41 000 signatures. Pourtant, Baptiste, 16 ans, atteint d'un autisme léger moyen pourrait passer la prochaine rentrée scolaire dans sa maison d'Alby-sur-Chéran en Haute-Savoie. Ses parents ne trouvent pas de structures pour l'accueillir, faute de places.

Baptiste, 16 ans, est atteint d'un autisme léger moyen.
Baptiste, 16 ans, est atteint d'un autisme léger moyen. -

Les messages affluent depuis le lancement de la pétition le 12 juin dernier. "Ça fait du bien au moral", sourit Laurence Rivat, la maman de Baptiste. Elle se bat depuis plus d'un an pour que son garçon autiste regagne le chemin de l'école. Dans la maison d'Alby-sur-Chéran en Haute-Savoie, la famille espère que la situation évoluera très vite.

Pas assez de places pour l'accueillir

Jusqu'à présent, Baptiste a suivi une scolarité quasiment normale, toujours accompagné d'une aide à la vie scolaire. Il y a un an et demi, l'adolescent se casse la jambe lourdement. La descente aux enfers commence. "Il ne voulait plus marcher et refusait de s'habiller, il a dû arrêter l'école", explique sa maman.

Baptiste est désormais trop vieux pour intégrer une classe de troisième. Ses parents s'orientent vers un IME, un Institut médico-éducatif, qui prend en charge les mineurs atteints de déficience intellectuelle. Faute de place, le jeune autiste ne pourrait être accueilli que trois après-midi par semaine.

Un état dépressif

Pourtant, Baptiste ne supporte plus sa vie enfermé à la maison. "Il aime sortir, aller au cinéma et surtout cuisiner, confie Laurence Rivat. Ici, il déprime." Ses parents souhaitent donc qu'il intègre l'institut au moins cinq après-midi par semaine.

Face à la demande, Baptiste n'est pas prioritaire. "Il y a une cohérence dans ces instituts qui prennent souvent en charge des enfants de 12 à 20 ans. À 16 ans, c'est très compliqué de trouver une place", admet Annick Tabet, vice-présidente l'association Sesame Autisme Rhône-Alpes.

Baptiste a dû stopper sa scolarité en 4ème après s'être cassé la jambe.
Baptiste a dû stopper sa scolarité en 4ème après s'être cassé la jambe. -

Laurence et Thierry Rivat, les parents de Baptiste en appellent au gouvernement pour construire davantage de centres spécialisés et surtout mettre l'accent sur la formation des aides.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess