Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Une pétition pour endiguer la prolifération des déchets dans les rues de Nîmes

jeudi 27 juillet 2017 à 6:00 Par Julien Ruderic, France Bleu Gard Lozère

Bruno Rochard, un breton venu s'installer à Nîmes il y a 5 ans, aime profondément sa ville d'adoption. Mais

Sans container pour les réunir, les poubelles attendent les éboueurs dans le centre-ville de Nîmes, parfois toute la journée.
Sans container pour les réunir, les poubelles attendent les éboueurs dans le centre-ville de Nîmes, parfois toute la journée. © Radio France - Julien Ruderic

Nîmes, France

Bruno Rochard, un breton venu s'installer à Nîmes il y a 5 ans, aime profondément sa ville d'adoption. Le centre historique, le soleil, les cigales ... Mais quelque chose lui gâche ces petits plaisirs. Les détritus. Poubelles sur les trottoirs, déjections canines, mégots de cigarettes et autre crasse qui parfois jonchent la ville, tout ça, Bruno ne le supporte plus.

C'est pourquoi ce designer d'emballage a décidé de monter d'abord une page facebook il y a deux ans, "Rues de nimes", pour sensibiliser à la propreté dans les villes. Aujourd'hui, elle compte plus de 2000 likes. Fort de cette légitimité, il y a deux mois, Bruno Rochard a décidé de lancer une pétition pour demander au maire de Nîmes et au président de Nîmes métropole de faire quelque chose pour endiguer la prolifération des déchets citadins, en faisant respecter la réglementation en vigueur.

" En allant chercher mon pain, je traversais le quartier Gambetta. Voir des poubelles qui s'étalent le long de la rue dès 10 heures du matin qui ne seront pas ramassées avant le soir, c'est déguelasse. " Bruno Rochard

Dans les rues de la ville, les avis sur la saleté sont un peu plus mitigés. " Non, ma ville n'est pas trop sale, s'exclame Chems. Comparée à Marseille ...." Il y en a même qui, comme Anne, "_aime la ville comme elle. Je n'aime pas les villes trop aseptisées, trop propre." Pour Daniel cependant, qui habite rue des Calquières, "c'est déplorable ! On a un coin dans notre immeuble qui est un vrai dépotoir. Tout le monde vient y mettre ses ordures_."

Des ordures laissées devant le monoprix, sur le square de la Couronne. - Radio France
Des ordures laissées devant le monoprix, sur le square de la Couronne. © Radio France - Laurent Gauriat

Actuellement, la réglementation municipale en vigueur est assez stricte en matière d'hygiène de la ville. Pour une crotte de chien laissée sur le trottoir, 38 € de contravention. Pour le non-respect des jours et horaires de collecte des poubelles, il faudra vous acquitter de 64 €. Quant aux commerces, ils se doivent de tenir la devanture de leurs établissements propre, sous peine de devoir payer 65 €. D'après Bruno Rochard, ces règles ne sont pas assez appliquées.