Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Une pétition recueille 26.000 signatures pour empêcher l'expulsion d'Ousmane, un jeune Guinéen

-
Par , France Bleu Maine

Arrivé il y a 3 ans, Ousmane Keyra est menacé d'expulsion du territoire français. Pour s'opposer à cette décision, son club de football (USN Spay) a lancé une pétition qui compte ce dimanche près de 26.000 signataires. Un lueur d'espoir pour ce jeune Guinéen de 20 ans qui souhaite rester en Sarthe.

Ousmane Keyra, jeune Guinéen de 20 ans et menacé d'expulsion, sur la pelouse de son club l'USN Spay.
Ousmane Keyra, jeune Guinéen de 20 ans et menacé d'expulsion, sur la pelouse de son club l'USN Spay. © Radio France - Mathieu MESSAGE

Depuis un an, Ousmane Keyra évolue au poste de défenseur central à l'USN Spay. Pourtant, ce jeune Guinéen n'a pas fait part tout de suite de sa situation à ses coéquipiers : la préfecture de la Sarthe a refusé le renouvellement de son titre de séjour, assorti d'une obligation de quitter le territoire d'ici le 26 février 2021.

Pourtant, depuis le recours posé avec son avocate et la pétition en ligne lancée par son club, Ousmane est rassuré. En effet, la pétition demandant qu'il puisse rester en Sarthe comptabilise à l'heure actuelle près de 26.000 signataires.

Pétition virtuelle, soutien réel

À la manière d'une équipe, les joueurs de l'USN Spay ont fait bouger les choses. Lancée sur internet, via la plateforme Change.org, la pétition qui ne cesse d'accueillir de nouveaux soutiens raconte le parcours chaotique d'Ousmane

Alexandre Gremy, un des initiateurs du projet, se félicite de cette avancée : "On bénéficie de la liste des signataires et on se rend compte qu'il y a des _personnes issues de toute la France_. On a également des gens qui vivent en Belgique, aux Pays-Bas, ou encore aux Etats-Unis. On ne s'attendait pas à des retombées aussi importantes, surtout en deux semaines !"

Alexandre Gremy, coéquipier d'Ousmane Keyra, devant l'entrée du stade de Spay.
Alexandre Gremy, coéquipier d'Ousmane Keyra, devant l'entrée du stade de Spay. © Radio France - Mathieu MESSAGE

Dominique Levillain, qui accueille Ousmane à son domicile, considère cet élan de générosité comme essentiel : "Les premières réactions de soutien, elle se sont vécues ici, sur le terrain de football. Immédiatement, ça a été bénéfique pour lui. Et puis, il y a eu les engagements de gens du club afin de l'aider. Des engagements qui ont été suivis de faits, surtout, car des promesses, il en a entendu beaucoup tout au long de sa vie. Aujourd'hui, il y a une très grande possibilité qu'il travaille et paie ses impôts tout seul comme il aime le dire. Si ça n'aboutit pas à une levée de la décision, ça aura été _une superbe aventure humaine_... Une aventure qui aura un impact certain sur son parcours. Et puis, on continuera à se battre pour lui quotidiennement !" 

"Une nouvelle famille"

La pétition et l'histoire d'Ousmane ont donc fait leur chemin. Le jeune homme n'en espérait pas autant et reste très reconnaissant : "Au début, quand j'ai vu 10.000 signatures, c'était énorme. Maintenant, on en est à 25 ou 26.000, c'est complètement fou ! Ça me donne beaucoup plus d'espoir qu'avant de voir que des gens de toute la France me soutiennent."

Très touché, le jeune homme sait qu'il doit beaucoup à son club et aux gens qui l'ont accueilli en Sarthe : "C'est ma nouvelle famille, et ce sont vraiment des gens supers. Je me sens très bien ici, parmi les gens qui m'entourent."

Ousmane espère désormais obtenir son titre de séjour. Il veut surtout pouvoir travailler en menuiserie, lui qui doit commencer un apprentissage dans les Ateliers Dabin, à partir de septembre 2021. Ce contrat est conditionné à l'obtention du titre de séjour.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess