Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

REPORTAGE : A Belleville-sur-Loire une population partagée sur le projet de piscine pour déchets nucléaires

mardi 13 février 2018 à 19:17 Par Michel Benoît, France Bleu Berry

Le site de la centrale nucléaire de Belleville-sur-Loire, dans le Nord du Cher, va t-il accueillir un centre de stockage de déchets nucléaires ? L'information mise en ligne ce matin par le site Reporterre a fait l'effet d'une bombe, France Bleu Berry s'est rendu dans la commune.

La centrale nucléaire de Belleville sur Loire (Cher)
La centrale nucléaire de Belleville sur Loire (Cher) © Radio France - Michel Benoit

Belleville-sur-Loire, Cher, Centre-Val de Loire, France

Visiblement la publication de ce projet a pris pas mal de monde de court. EDF a reconnu que la construction d'une piscine pour enfouir ces déchets, était à l'étude, mais affirme que le site n'est pas encore défini. A Belleville sur Loire, en tout cas, on attend maintenant des précisions. Patrick Bagot, le maire de la commune et président de la commission locale d'information, est étonné que la nouvelle sorte alors qu'EDF ne lui en a jamais parlé. Pourtant Patrick Bagot a déjà eu vent du projet. C'était en début d'année, aux voeux de l'autorité de sûreté nucléaire à Orléans. Et il est vrai qu'EDF travaille à la demande de l'ASN pour créer un site centralisé de stockage de ce mox, le combustible usagé des centrales nucléaires, mélange de plutonium et d'uranium. A l'horizon 2030, les centres de stockage existants (deux dans l'Aube et un dans la Manche) ne suffiront plus. EDF indique que plusieurs sites sont à l'étude pour cette immense piscine qui serait recouverte d'un double dôme en béton. Pour Patrick Bagot, il ne s'agirait que de stockage transitoire. Ce que confirme EDF : ces déchets seraient ensuite entreposés à Bure, dans la Meuse ou ré-utilisés dans des réacteurs quand la technologie le permettra.  Le maire de Sury-près-Léré renchérit : "Je ne peux pas me prononcer tant que je n'ai pas vu le projet, mais il est clair que si c'était un enfouissement définitif, ça ne serait pas la même chanson."  explique Pascal Viguier.

La mairie de Belleville sur Loire (Cher) - Radio France
La mairie de Belleville sur Loire (Cher) © Radio France - Michel Benoit

Les habitants, eux, ne sont pas plus surpris que cela. Cela fait 30 ans qu'ils vivent près de la centrale. Ils ont confiance, même si certains estiment que deux réacteurs ça suffit d'autant que la centrale a été placée en surveillance renforcée depuis l'année dernière pour un manque rigueur dans le suivi des installations. D'autres trouvent l'idée assez pragmatique : après tout mieux vaut utiliser un site nucléaire déjà existant pour accueillir ces déchets. Ce commerçant rappelle que la centrale est un vrai poumon économique avec des dizaines de millions d'euros de retombées chaque année. Un exemple : la centrale reverse 530.000 euros par an à la petite commune de Sury près Léré. 1/5é de ses installations sont sur cette commune.  

Depuis trente ans, les habitants ont appris à vivre au contact de la centrale de Belleville sur Cher, véritable poumon économique du secteur. - Radio France
Depuis trente ans, les habitants ont appris à vivre au contact de la centrale de Belleville sur Cher, véritable poumon économique du secteur. © Radio France - Michel Benoit

Cette piscine d'entreposage des déchets radio actifs va donc faire l'objet d'un avis de l'autorité de sûreté nucléaire l'année prochaine. Ensuite, seulement, EDF devrait communiquer sur son lieu d'implantation. En tout cas, du côté des anti-nucléaires, on compte bien riposter le plus tôt possible pour éviter ce genre d'installation. Françoise Pouzet, responsable du réseau sortir du Nucléaire Berry-Puisaye en est encore toute abasourdie : "Je me suis tout de suite dit, ce sera La Hague, à Belleville. Et quand on sait la pollution qui existe à  La Hague !  On ne va pas laisser faire cela. La solution, c'est de réduire la production de ces déchets, et pour cela, il faudrait nous écouter un peu plus. On a aussi des idées à proposer !"