Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Une plaque commémorative à Paris pour les animaux morts durant la Première Guerre mondiale

jeudi 24 mai 2018 à 19:17 Par Lucas Scaltritti, France Bleu Paris et France Bleu

Le conseil du XIVe arrondissement a validé la proposition des écologistes qui demandaient à ce qu'une plaque commémorative soit installée en hommage aux animaux morts durant la Grande Guerre. Ce sera une première à Paris.

Des ânes apportant de la nourritures aux soldats dans les tranchées en 1916
Des ânes apportant de la nourritures aux soldats dans les tranchées en 1916 © AFP

Paris, France

Après Londres, Ottawa ou Canberra, Paris va rendre hommage aux animaux morts durant la Première Guerre mondiale. Il ne s'agira pas d'un monument comme le "Animals in War Memorial" de la capitale anglaise, mais d'une plaque commémorative. La décision a été approuvée par le conseil du XIVe arrondissement de la capitale et sera présentée en Conseil de Paris. Il se tiendra du 4 au 7 juin prochain.

C'est une petite victoire symbolique pour Amandine Sanvisens, co-fondatrice de Paris Animaux Zoopolis. L'idée a été soufflée par l'association parisienne de défense des animaux aux élus écologistes qui ont présenté le projet. Et au delà du simple hommage, il s'agit de faire prendre au grand public l'importance des bêtes dans le conflit. "Onze millions d'animaux ont été tués pendant la Grande Guerre. D'après les témoignages des poilus nous savons que les équidés apportaient les vivres dans les tranchées par exemple, ou encore que les pigeons transportaient les messages militaires."

"On peut aimer les animaux sans pour autant mettre sur le même plan soldats et animaux"

Mais cette forme d'hommage ne fait pas l'unanimité. Une proposition similaire a été formulée lors du conseil du XIIIe arrondissement. Retoquée. Jérôme Coumet, le maire socialiste de l'arrondissement, respecte cette demande des élus écologistes mais se dit gêné. "On peut différencier les choses, on peut reconnaître la souffrance animale qu'il y a eu pendant ce conflit, on peut aimer les animaux sans pour autant mettre sur le même plan soldats et animaux." 

Paris Animaux Zoopolis a fait des recherches pour savoir quels autres lieux de la capitale ont accueilli des animaux durant la Première Guerre mondiale. L'association est en contact avec d'autres mairies d'arrondissements et espère y lancer de nouvelles initiatives.