Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Des gendarmes à cheval le long des plages, une première dans le Roussillon

-
Par , France Bleu Roussillon

Des gendarmes à cheval patrouillent cet été sur les plages d'Argelès-sur-Mer. C'est une première sur le littoral roussillonnais.

Les gendarmes en patrouille à Argelès-sur-Mer.
Les gendarmes en patrouille à Argelès-sur-Mer. © Radio France - Luc Chemla

Argelès-sur-Mer, France

Depuis samedi, ce sont des visiteurs inédits qui arpentent le centre-ville d’Argelès-sur-Mer. Jusqu’au 20 août, quatre chevaux et leurs cavaliers gendarmes vont patrouiller cinq jours sur sept le long des allées piétonnes de la ville. Les patrouilles auront principalement lieu l’après-midi et en début de soirée et seront limitées à quatre heures par cheval. Le tout, sous le regard du capitaine Christophe Dumas. 

Le cheval, un véritable atout en intervention

"Ce sont des missions de contact avec la population, de prévention de la délinquance et de surveillance des plages et parkings." Selon le gendarme, le cheval présente des atouts que n'ont pas d'autres formes de patrouille comme  "sa visibilité, sa rapidité d'intervention, son effet de masse, sa stature qui d'une part attire la sympathie et impressionne. Le cheval permet également d'intervenir dans des terrains compliqués."

"Le cheval a un capital sympathie."

Outre l'aspect sécuritaire, un des objectifs de ces patrouilles est également de rapprocher gendarmes et population. Et cela semble à marcher selon Lysianne, vacancière : "C'est plutôt sympathique, cela leur donne une autre image, moins difficile d'accès. On est attiré par l'animal. C'est intéressant." Un sentiment qui n'étonne pas le capitaine : "Le cheval a un capital sympathie. Quand on patrouille, les gens le voient, lui, avant le militaire."

Alors que la brigade fait son tour dans les rues, autour d’elle les gens s’arrêtent, certains enfants s’approchent pour toucher l’animal, d’autres personnes prennent des photos. Sandra ne s’avoue "pas étonnée car on a pris l’habitude de voir des militaires" mais cette Argelésienne reconnaît que "ça sécurise de les voir ici". 

Dès l'année prochaine, ce dispositif pourrait être étendu à d'autres communes du littoral roussillonnais.