Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Une première en France, le département de Saône-et-Loire veut recruter 30 médecins généralistes

-
Par , France Bleu Bourgogne, France Bleu
Saône-et-Loire, France

Pour tenter d'enrayer la progression des déserts médicaux dans son département, André Accary, le président LR du Conseil départemental de Saône-et-Loire a eu une idée très originale: il veut recruter 30 médecins généralistes. Des médecins qui seront payés directement par le Conseil départemental.

Le président Accary lors de la conférence de presse de présentation de son projet ce lundi 19 juin 2017 à Mâcon en Saône-et-Loire
Le président Accary lors de la conférence de presse de présentation de son projet ce lundi 19 juin 2017 à Mâcon en Saône-et-Loire - DR

André Accary compte lancer sa campagne de recrutement des équipes médicales et administratives dès le mois de novembre prochain. La trentaine de médecins généralistes sera répartie sur l’ensemble de la Saône-et-Loire. Si on connaît depuis des années les fameuses maisons médicales lancées par les communes ou les communautés de communes. Il s'agit cette fois d'une opération unique en France au niveau d'un département.

Fini la paperasse pour les futurs médecins employés par le Département

Concrètement le projet est de monter un siège central, avec deux ou trois pôles territoriaux et huit à douze antennes. Présenté ce lundi lors d'une conférence de presse à Mâcon, il a été travaillé en compagnie de médecins et de l'Agence Régionale de Santé (ARS). Le but c'est aussi de faciliter l'exercice de la médecine dans les zones rurales en déchargeant les professionnels de santé qui seront recrutés de toute la paperasserie administrative. Les besoins en secrétaires -par exemple- ont été eux aussi pris en compte- et sont estimés à un équivalent temps plein pour trois médecins.

Après des années d'incitations financières distribuées en vain pour tenter d'attirer des médecins, le projet d'André Accary va t-il fonctionner?

"Je n'ai pas de baguette magique"

Après des années d'incitations financières distribuées en vain pour tenter d'attirer et de conserver des médecins, André Accary, s'est rendu compte que le système ne fonctionne plus. Alors son nouveau dispositif peut-il réussir là où tant d'autres ont échoués? La réponse du président du Conseil départemental de Saône-et-Loire. "Je n'ai pas de baguette magique, cela fait deux ans que je réfléchis à la situation (...) j'ai fait un bilan de ce que l'on a mis en place et ma conclusion c'est que tout ceci est insatisfaisant".

"C'est un pari, si cela marche je serai un homme heureux"

André Accary qui ajoute "je ne suis pas sûr que cela va fonctionner, c'est un pari, je ne suis pas certains de trouver une trentaine de médecins, je n'en sais rien mais je tente l'opération et si cela marche je serai un homme heureux." Combien va coûter ce dispositif? "Finalement c'est un contrat de travail proposé aux médecins, lui ne s'occupera pas de la partie administrative, il sera salarié du département et le département récupère les consultations remboursées par la sécurité sociale donc c'est un modèle économique qui devrait fonctionner". L'investissement de départ sera important mais "il va dépendre de la réussite du recrutement, l'investissement ne sera pas le même si j'ai 35 médecins ou si j'en ai deux mais je pense que pour le coup l'argent public sera bien placé si on réussit cette opération".

André Accary lors de l'inauguration de travaux au collège Condorcet de La Chapelle-de-Guinchay
André Accary lors de l'inauguration de travaux au collège Condorcet de La Chapelle-de-Guinchay - DR

Reportage

Un rapport d'intention déposé à l'Assemblée départementale ce jeudi 22 juin 2017

Le Conseil départemental de Saône-et-Loire prévoit un dispositif très souple. S'il y a un projet d'installation à un endroit, il retira "son" médecin. Il s'agit bien sûr d'éviter la concurrence entre les collectivités locales. André Accary doit déposer un rapport d'intention à l'Assemblée départementale ce jeudi 22 juin 2017 au sujet de ce projet. L'ouverture du centre de santé multi-sites est prévue pour janvier 2018. Les médecins travailleraient dans des bâtiments mis à disposition par quelques unes des 576 communes de Saône-et-Loire qui manifesteront leur intérêt pour le projet.

De moins en moins de médecins généralistes, la situation devient alarmante

Il faut dire que la densité de médecins généralistes en Saône-et-Loire est depuis plusieurs années nettement inférieure aux densité régionale et nationale. Au 1er janvier 2016, le département comptait 635 médecins généralistes ce qui représente une densité de 110,4 médecins pour 100 000 habitants alors qu'elle est de 125,6 en région et de 132,1 en France! Une tendance de fond qu'il convient d'enrayer d'autant que de 2007 à 2016 par exemple la Saône-et-Loire a enregistré une baisse de ses effectifs en médecins généralistes de 11%. "Si on ne fait rien dans 3-4 ans la situation sera dramatique" dit André Accary. En Saône-et-Loire comme ailleurs en France, le phénomène de déserts médicaux touche non seulement les campagnes mais aussi de plus en plus certaines villes, certains quartiers! En Saône-et-Loire des villes comme Digoin, Lugny ou encore Chauffailles sont particulièrement touchées par exemple.

Le témoignage de Fabien Genet, maire de Digoin. Sa ville de 8 000 habitants ne compte que 4 médecins généralistes, il en faudrait deux fois plus.

La maison de santé de Digoin en Saône-et-Loire fait travailler 3 médecins, un autre généraliste est installé en ville... Il en faudrait le double pour satisfaire ce bassin de population où des centaines de patients peinent à trouver un médecin.
La maison de santé de Digoin en Saône-et-Loire fait travailler 3 médecins, un autre généraliste est installé en ville... Il en faudrait le double pour satisfaire ce bassin de population où des centaines de patients peinent à trouver un médecin. - DR
Choix de la station

À venir dansDanssecondess