Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Une proposition de loi pour combattre les discriminations sur les accents

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Occitanie, France Bleu

Le député de l'Hérault Christophe Euzet défend ce mercredi 18 novembre à la Commission des Lois de l'Assemblée nationale une proposition de loi pour pénaliser les discriminations sur les accents, et "promouvoir la France des accents".

L'hémicycle de l'Assemblée Nationale
L'hémicycle de l'Assemblée Nationale © Maxppp - Vincent Isore

Et si les moqueries sur les accents, qu'ils soient du sud, du nord ou de l'est, étaient punies par la loi ? C'est ce que souhaite instaurer une proposition de loi visant à "promouvoir la France des accents", défendue ce mercredi 18 novembre à la Commission des Lois de l'Assemblée nationale et portée par Christophe Euzet, député de l'Hérault. 

Elle entend combattre la glottophobie, c'est-à-dire toute forme de discrimination basée sur la langue ou l'accent. Le texte demande à ce que la notion d'accent entre dans la loi, et s'ajoute à la liste des critères de discrimination déjà existants.

Introduire la notion de discrimination par l'accent

Le code pénal et le code du travail instaurent déjà comme illégale la discrimination en raison de la couleur de peau, du genre, de l'orientation sexuelle, de la religion, ou en raison d'un handicap. À cette liste déjà établie, la proposition de loi entend ajouter le mot "accent", et faire entrer dans la loi une notion qui jusqu'ici n'existait pas. 

Le but de la proposition de loi est aussi de lutter contre l'unicité linguistique, c'est-à-dire l'idée selon laquelle il n'y aurait qu'une seule manière de bien parler Français, là où les accents ne seraient que des malformations de la langue. Le texte entend remettre sur la table la question : y a-t-il une manière de parler "sans accent", ou n'existe-t-il que des accents ?

"Il faut que la nation française reconnaisse plusieurs accents en son sein"

Maxime Boul, maître de conférence  en droit public à l'Université Toulouse-Capitole et à l'IUT de Rodez a fait partie des personnalités auditionnées par le député sétois. Il est revenu sur ses suggestions lors de son audition sur France Bleu Occitanie ce mercredi.

Une étude IFOP en janvier 2020 montre qu'un Français sur deux estime parler avec un accent, et 11 millions de Français estiment avoir été discriminés à cause de leur accent.

"L'accent du rugby, c'est l'apéro, la pétanque, les vacances, donc pas vraiment pris au sérieux. Regardez les réflexions sur Jean Castex au moment de sa nomination." - Maxime Boul, maître de conférences en droit public à Rodez

La proposition de loi du député Euzet vise à "remplir l'angle mort du droit", il faut sanctionner ceux qui se moquent des accents selon le chercheur aveyronnais. "On promeut la France des accents en réprimant, cela peut être contradictoire". Maxime Boul propose d'introduire un article qui stipulerait que la nation française reconnaisse plusieurs accents en son sein, plusieurs usages de la langue française.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess