Société

Une quarantaine de personnes manifestent à Rouen contre l'investiture du président des Etats-Unis, Donald Trump

Par Clémentine Vergnaud, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure) samedi 21 janvier 2017 à 18:55

Une quarantaine de personnes ont manifesté ce samedi à Rouen, à l'appel du collectif Droits des femmes, autour de pancartes mentionnant les propos sexistes du président des Etats-Unis, Donald Trump.
Une quarantaine de personnes ont manifesté ce samedi à Rouen, à l'appel du collectif Droits des femmes, autour de pancartes mentionnant les propos sexistes du président des Etats-Unis, Donald Trump. © Radio France - Clémentine Vergnaud

A Rouen, le collectif Droits des femmes organisait ce samedi après-midi une manifestation contre l'investiture du nouveau président des Etats-Unis, Donald Trump. L'objectif : dénoncer son sexisme, selon les organisateurs. Une quarantaine de personnes ont participé à cette mobilisation.

"Trump : sexiste, raciste et homophobe. Résistance !" Les slogans scandés par les manifestants sont clairs. Ils étaient une quarantaine ce samedi 21 janvier à se rassembler à Rouen dans le quartier Saint-Sever, à l'appel du collectif Droits des femmes. Une manifestation organisée en parallèle de la Women's March à Washington. Leur objectif : protester contre l'investiture du nouveau président des Etats-Unis, Donald Trump, qu'ils estiment sexiste. Ils avaient accroché plusieurs affiches mentionnant des propos de Donald Trump tels que "Les femmes, vous devez les traiter comme de la merde" ou encore "Vous n'auriez pas ce job si vous n'étiez pas jolie" et engageaient la discussion avec les passants.

Donald Trump, un danger international selon les organisations féministes

Le principal argument des manifestants, c'est la possibilité d'une multiplication des opinions trumpistes dans le monde entier. "On a le droit de dire qu'on a peur pour nous, on est tous concernés ! Les idées rétrogrades et sexistes n'ont pas de frontières", explique Cylia Sadi, une enseignante de 27 ans, membre du collectif.

Constat partagé par Poly, une anglaise de 49 ans. Elle estime que les "petites phrases" de Donald Trump ne sont que le reflet d'un plus grand conservatisme au niveau international : "C'est un phénomène mondial ! Trump n'est que le représentant d'un modèle arriéré qui existe dans toutes les sociétés et qu'on doit combattre absolument."

Et justement, les manifestants ont aussi envoyé un message aux politiques français avec cette manifestation. A trois mois de l'élection présidentielle, tous sont inquiets de voir les positions de certains candidats concernant les droits des femmes. "On dénonce Donald Trump parce que c'est un exemple concret mais c'est aussi un avertissement envers nos politique parce qu'en France ça peut arriver aussi", s'inquiète Yohann Bis, membre de la gauche révolutionnaire.

La femme, c'est n'est pas quelque chose qu'on subordonne, c'est un être humain

Dans le groupe de manifestants, difficile de trouver un profil type du défenseur des droits des femmes : le cortège est très varié. Kristen, par exemple, est américaine. La jeune femme de 26 ans a quitté Chicago il y a trois ans pour s'installer en France. Alors forcément, une manifestation anti-Trump, elle tenait à y assister, où qu'elle soit : "Ce n'est pas un problème qui ne concerne que les Etats-Unis, ça a un impact sur tout le monde ! Donc pour moi c'est important d'être ici."

Florence, elle, est venue avec sa petite fille de 5 ans, Louise. Ensemble, elles posent devant une banderole où il est écrit "Féministes versus Trump". "Il y a tout un message que j'ai voulu lui faire passer", explique cette Rouennaise. "Qu'il faut se battre, que les choses ne sont jamais acquises, qu'il faut s'avoir s'engager, participer, qu'on ne doit pas attendre qu'on nous amène tout sur un plateau."

Les manifestants ont aussi tenu à alerter les candidats à l'élection présidentielle française : ils ne veulent pas que les droits des femmes soient instrumentalisés pendant la campagne. - Radio France
Les manifestants ont aussi tenu à alerter les candidats à l'élection présidentielle française : ils ne veulent pas que les droits des femmes soient instrumentalisés pendant la campagne. © Radio France - Clémentine Vergnaud

Et puis que serait une manifestation contre le sexisme sans quelques hommes dans le groupe ? Ils sont là, rares, mais bien présents. "Il est hors de question que les femmes se retrouvent à être rétrogradées à une société d'antan, très réactionnaire", s'insurge Yohann Bis. "La femme ce n'est pas quelque chose qu'on subordonne, c'est un être humain. Il n'y a pas de raison qu'elle soit inférieure à l'homme, sous aucun prétexte."

Seul regret pour le collectif : le nombre de manifestants, assez peu important. Qu'importe, selon les membres, ce qui compte, c'est le message.