Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Une quarantaine de Roms dans le hall de l'hôtel de ville de Saint-Étienne pour solliciter un hébergement

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Plusieurs familles roms ont investi le hall de l'hôtel de ville de Saint-Étienne mardi matin, pour solliciter une solution d'hébergement. Le 115 n'a pas pu prendre en charge toutes ces personnes, qui vivaient ces derniers mois sous le tunnel du parc du Puits Couriot.

Ces familles ont dormi pendant plusieurs mois sous le tunnel du parc du Puits Couriot.
Ces familles ont dormi pendant plusieurs mois sous le tunnel du parc du Puits Couriot. © Radio France - Tifany Antkowiak

Saint-Étienne, France

Une quarantaine de personnes, dont 25 enfants, se sont présentées mardi matin dans le hall de l'hôtel de ville de Saint-Étienne pour demander des solutions d'hébergement. Ces sept familles roms, qui vivaient ces derniers mois sous le tunnel du parc du Puits Couriot, sont fatiguées d'être trimbalées de logement d'urgence en logement d'urgence... quand on leur en propose un. 

Les familles ont été prises en charge pas le 115 ces derniers jours en raison de l'épisode neigeux, mais pour la nuit de lundi à mardi par exemple, le 115 n'a pas pu mettre tout le monde à l'abri, faute de places disponibles. Ce sont des membres d'associations et de collectifs d'aide aux Roms et aux migrants qui ont hébergé les trois familles restées sur le carreau, dans un local associatif. 

Manifestation mercredi autour des droits de l'enfant

Une délégation de représentants associatifs investis auprès des ces familles a pu être reçue mardi par des représentants de la Ville de Saint-Étienne. Mais aucune solution n'a été trouvée : "on nous renvoie vers la préfecture, car c'est l'État qui organise l'hébergement d'urgence", lâche un des représentants, fatigué d'avoir toujours la même réponse. 

Les militants dégainent alors leurs téléphones pour tenter d'obtenir un rendez-vous avec la préfecture de la Loire, mais aussi auprès du Département avec la Direction de la protection de l'enfance. D'autant que  ce mercredi 20 novembre, c'est le trentième anniversaire de la Convention internationale des droits de l'enfant. 

Une manifestation est d'ailleurs prévue à Saint-Étienne ce mercredi à 16h30 place du Peuple, pour rappeler les fondements de cette convention qui garantit le droit pour tout enfant à une alimentation, des loisirs, des soins médicaux et, et c'est le point sur lequel les organisateurs de la manifestation veulent insister, un logement. Un membre du collectif rappelle que "l'enfant doit être protégé, c'est son droit, et cela peu importe la situation administrative de ses parents"

Dégradations au campement du Puits Couriot 

Les familles et leurs soutiens associatifs n'ont pas eu d'autre choix que de quitter le hall de l'hôtel de ville de Saint-Étienne mardi en raison... d'une alerte incendie. Pour retrouver un campement qui, pendant leur présence à la mairie, avait été visité. Le collectif décrit dans un communiqué un "saccage" et " les affaires des familles dispersées par on-ne-sait-qui, ce qui laissait les familles sans aucune solution pour dormir". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu