Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Une quinzaine de demandes de débaptisations dans la Manche depuis le 1er janvier

-
Par , France Bleu Cotentin

Face aux scandales qui éclaboussent l'Eglise catholique, de nombreux fidèles choisissent officiellement de renier leur baptême. La Manche n'échappe pas au phénomène : déjà une quinzaine de demandes depuis le 1er janvier, contre une trentaine pour toute l'année 2018.

Dans le diocèse de Coutances-Avranches, on observe déjà une quinzaine de demandes d'apostasie, de débaptisations, depuis le 1er janvier 2019
Dans le diocèse de Coutances-Avranches, on observe déjà une quinzaine de demandes d'apostasie, de débaptisations, depuis le 1er janvier 2019 © Maxppp - Alexandre MARCHI

Manche, France

Certains fidèles ne veulent plus être considérés comme catholiques. C'est l’une des conséquences des récentes affaires d'abus sexuels dans l'Église : les demandes d'apostasie, de débaptisations, se multiplient. Et plus particulièrement depuis le refus de la démission du cardinal Barbarin par le pape François après sa condamnation à six mois de prison avec sursis pour non-dénonciation d'abus sexuels d'un prêtre de son diocèse.

La Manche "n'échappe pas à cette tendance", souligne le père Thierry Anquetil, vicaire général du diocèse de Coutances-Avranches. En effet, selon les chiffres avancés par le diocèse, on a enregistré une quinzaine de demandes depuis le 1er janvier, soit en moins de trois mois. Un chiffre à mettre en parallèle avec la trentaine pour toute l'année 2018. 

"J'en prends profondément acte. Ces demandes sont le signe d'un malaise. Nous sommes très attentifs à tout ce qui nous est renvoyé. Je comprends très bien, ou j'essaye, que l'image qui est renvoyée atteint la crédibilité du message, et que ces personnes veulent manifester leurs distances par un acte concret" - Père Thierry Anquetil, vicaire général du diocèse de Coutances-Avranches

Pour faire une demande d'apostasie, il faut envoyer une lettre au diocèse, avec justificatif d'identité. Une annotation est faite sur les registres de la paroisse de baptême et de la chancellerie (une copie est d'ailleurs envoyée aux demandeurs). "La procédure interne suivie est strictes, confidentielle, conforme aux dispositions des lois civiles et canoniques", précise le diocèse. 

Le poids des affaires

Les motifs invoqués par les demandeurs :

  • Dans un cas sur deux, le problème de la pédophilie et des abus sexuels dans l'Eglise est invoqué
  • L'opposition de l'Eglise au mariage de personnes du même sexe
  • Le fait que ces personnes aient été baptisées enfant et qu'elle veulent désormais se séparer de l'Eglise.

Dans le diocèse de Coutances-Avranches, les demandes concernent des personnes majeures, et dans 50% des cas, elles n'habitent plus dans la Manche.