Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

PHOTOS - Une rave-party dans les rues de Bayonne pour soutenir la culture

-
Par , France Bleu Pays Basque, France Bleu

De la musique techno diffusée ce samedi dans le centre-ville de Bayonne. 600 manifestants se sont réunis pour soutenir le monde de la culture et également les organisateurs d'une rave-party en Bretagne. L'événement avait rassemblé jusqu'à 2500 personnes. Ils encourent jusqu'à 10 ans de prison.

600 "teufeurs" ont défilé dans les rues du centre-ville de Bayonne, au son de la musique techno, pour soutenir les organisateurs de la Maskarade, une rave-party en Bretagne
600 "teufeurs" ont défilé dans les rues du centre-ville de Bayonne, au son de la musique techno, pour soutenir les organisateurs de la Maskarade, une rave-party en Bretagne © Radio France - Sonia Ghobri

Le cortège n'est pas passé inaperçu. 600 manifestants ont défilé dans les rues du centre-ville Bayonne ce samedi 6 mars, selon la police. Des voitures et des camions roulaient au pas dans la foule. Les véhicules équipés de sono ont diffusé de la musique techo pour rendre rassemblement festif. Les participants dansaient sous le regard interrogateur des passants. 

Cette "rave-party mobile" n'est pas passée inaperçue dans les rues de Bayonne ce samedi
Cette "rave-party mobile" n'est pas passée inaperçue dans les rues de Bayonne ce samedi © Radio France - Sonia Ghobri

"Risquer dix ans de prison pour avoir fait danser des gens, c'est absurde"

La manifestation a été déclarée en préfecture. L'appel a été lancé par huit associations culturelles du Pays Basque, dont le collectif ORAIN, en soutien aux organisateurs de la rave-party de Lieuron, en Ille-et-Vilaine, le 31 janvier dernier. Ils encourent jusqu'à dix ans de prison. L'événement a réuni jusqu'à 2.500 personnes, en dépit des restrictions sanitaires. "Nous voulons les soutenir et nous ne sommes pas seuls : il y a des rassemblements dans plusieurs villes en France. Risquer dix ans de prison pour avoir fait danser des gens, c'est absurde. D'ailleurs, nous avons participé au fonds d'aide pour les frais d'avocats", explique Jade, membre  du collectif ORAIN.  

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Soutenir la culture en général 

Cette manifestation visait à soutenir le monde de la culture en général. "Tout est à l'arrêt depuis un an. Les rave-parties font partie de la culture. Elle est en danger et nous voulons trouver des solutions comme en Allemagne et en Angleterre, où ils essaient d'organiser des concerts. Je parle de la musique mais c'est pareil pour tout le monde. Nous pensons aussi aux musées, aux cinémas, aux théâtres. Nous voulons montrer que c'est important pour notre bien-être psychique. J'ai croisé des gens émus parce qu'ils n'avaient pas dansé depuis un an. Donc, ça prouve que ça ne consiste pas juste à boire et à faire du bruit. Faire la fête, ça nous nourrit. C'est important, il faut trouver des solutions", poursuit Jade. 

Les manifestants dénoncent "la mise à l'arrêt" de la culture en France depuis un an
Les manifestants dénoncent "la mise à l'arrêt" de la culture en France depuis un an © Radio France - Sonia Ghobri

"Libérer le dancefloor, pour plus de fun et moins de seum

 "Mister Fun"' venu danser dans les rues de Bayonne pour soutenir le monde de la culture
"Mister Fun"' venu danser dans les rues de Bayonne pour soutenir le monde de la culture © Radio France - Sonia Ghobri

A l'avant du cortège, un jeune homme qui se surnomme "Mister Fun", a revêtu son plus beau costume. Il n'a qu'un mot d'ordre : "Libérer le dancefloor, pour plus de fun et moins de seum. On en a assez l'austérité, on veut se libérer, danser chanter", explique-t-il en dansant. Victor partage cet avis, il est informaticien mais souhaitait exprimer son ras-le-bol. "Depuis un an, il ne se passe plus rien culturellement. Je suis heureux de retrouver cet esprit de fête. Puis je veux soutenir les intermittents et tous ceux qui travaillent dans le secteur culturel. Il y a des profils différents dans cette manifestation mais l'envie de vivre nous réunit."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess