Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

A Marigny, dans la Marne, la rave party est terminée

samedi 28 avril 2018 à 18:57 - Mis à jour le jeudi 3 mai 2018 à 10:57 Par Sylvie Bassal et Annelaure Labalette, France Bleu Champagne-Ardenne et France Bleu

Les teufeurs qui s'étaient installés sur l'ancienne base militaire de l'OTAN la semaine dernière à Marigny ont quitté les lieux ce mercredi. Ils laissent derrière eux des tonnes de déchets sur ce site protégé classé en zone Natura 2000.

Les derniers teufeurs ont quitté le site de Marigny
Les derniers teufeurs ont quitté le site de Marigny © Radio France - Victorien Willaume

Marigny, France

Brice Bijot, le maire de Marigny, près de Sézanne, est soulagé. Les teufeurs ont enfin quitté le site de l'ancienne base militaire de l'OTAN sur laquelle ils s'étaient installés sans autorisation vendredi dernier. Après trois jours de fête, tout le monde est reparti mais il reste de nombreuses traces de leur passage, à commencer par des monticules de déchets et de poubelles que les fêtards n'ont pas emporté avec eux. 

C'est une situation gênante car cet ancien site militaire est protégé et classé en zone Natura 2000. C'est-à-dire qu'il abrite des espèces d'animaux et de végétaux sauvages qui sont menacés.  Cette semaine, trois associations de protection de l'environnement ont porté plainte contre les organisateurs du Teknival 2018 pour "destruction d'habitat naturel".

Brice Bijot, le maire de Marigny, dans la Marne

Les teufeurs sont partis mais les poubelles restent. - Radio France
Les teufeurs sont partis mais les poubelles restent. © Radio France - Victorien Willaume

A présent, pour nettoyer le site et enlever les centaines de sacs poubelles, c'est le maire de Marigny, Brice Bijot qui va devoir s'occuper des démarches. Il  doit contacter les services de l'État. Mais selon lui, cela peut prendre une dizaine de jours avant que l'intervention de nettoyage ne commence.

Reportage à Marigny au moment du départ des derniers teufeurs

Tas de détritus sur le site de Marigny, là où le Teknival 2018 s'est installé sans autorisation - Radio France
Tas de détritus sur le site de Marigny, là où le Teknival 2018 s'est installé sans autorisation © Radio France - Victorien Willaume

Ce dimanche, entre 10.000 et 15.000 personnes se sont rassemblées pour le Teknival 2018. Les gendarmes n'avaient à 11h16 déploré aucun incident. 

Cette rave-party géante et non autorisée a débuté ce samedi sur cette ancienne base installée entre Anglure et Sézanne. C'est d'ailleurs là, à Sézanne, que s'est tenue une conférence de presse du préfet. Il avait alors estimé à 8.000 le nombre de jeunes déjà sur place, venus de toute la France et même de l' étranger. Jusqu'à 60.000 teufeurs étaient attendus d'ici mardi soir sur ce site de 280 hectares dont une piste de trois kilomètres. L'arrêté préfectoral d'interdiction de rassemblement festif dans le département de la Marne, pris dans la nuit, n' a pas empêché les organisateurs de s'installer.

Des jeunes arrivés sur le site de Marigny dans la Marne - Radio France
Des jeunes arrivés sur le site de Marigny dans la Marne © Radio France - Valérie Gosset

Denis Conus a rappelé que cette rave party non autorisée se tiendrait sous haute surveillance. Services de gendarmerie, douanes, forces mobiles et Croix-Rouge se sont mobilisés.

Le teknival est un rassemblement d'amateurs de musique techno . Il a eu lieu à Pernay l'an dernier au nord de Tours. Il a déjà eu lieu à trois reprises à Marigny en 2001 puis 2003 sans incident. Il  s'agissait alors du premier festival techno autorisé par le ministère de l'Intérieur. En revanche, en 2005, deux personnes sont mortes sur le site à l'occasion d'une édition également marquée par une invasion de chenilles urticantes

Ce festival à Marigny a fait réagir la Ligue de protection des oiseaux (LPO) ce samedi. Dans un communiqué, la LPO s'inquiète d'une possible dégradation de la biodiversité. Ce site est en effet classé en zone d'importance pour la conservation des oiseaux, et en Natura 2000 depuis le 1er juin 2015. "Cette manifestation va avoir des incidences irrémédiables pour la biodiversité et anéantir des années d’efforts pour assurer la conservation de ce site", estime notamment la Ligue de protection des oiseaux.