Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société
Dossier : Grenelle des violences conjugales

Une résidence accueille les femmes victimes de violences et leurs enfants à Nice

-
Par , France Bleu Azur

À Nice, une résidence accueille en centre-ville jusqu'à 20 femmes et leurs enfants dans des appartements du T1 au T3 pour les aider à se reconstruire, à rebondir et à reprendre confiance, lorsqu'elles ont subi des violences.

Les femmes sont accueillies dans des appartements pour une durée de 18 mois
Les femmes sont accueillies dans des appartements pour une durée de 18 mois © Radio France - Marion Chantreau

Nice, France

Depuis le début de l'année, au moins 117 femmes ont été tuées par leur conjoint ou ex-conjoint en France. Alors que le Grenelle des Violences conjugales s'est achevé lundi 25 novembre, les associations insistent sur l'importance de l'hébergement pour les victimes. À Nice, une résidence accueille depuis deux ans 20 femmes et 27 enfants, dans des appartements meublés pour des séjours de 18 mois. Une équipe du centre d'action social est à leur écoute pour les aider à se reconstruire.

Reportage

L'adresse est tenue secrète, pour plus de sécurité pour ces femmes. Elles ne sont plus dans des situations "d'urgence" explique la responsable de la structure mais "ont été orientées ici par les services sociaux, ou la justice". Ces appartements leur offrent une stabilité et une sécurité. Alice occupe avec ses 3 enfants un des appartements : "le mois prochain cela fera un an que je suis ici. Moi et mon mari on se disputait, il m'a frappé, il m'a menacé de mort devant ma fille de 14 ans, j'ai demandé de l'aide. Au départ je suis restée dans un hôtel un mois, puis un appartement pendant six mois et ensuite j'ai rejoint cette résidence."

La résidence est sécurisée pour éviter que ces femmes vulnérables soient retrouvées par leurs agresseurs. Il y a des caméras de vidéosurveillance, une sonnette anti-intrusion, des barrières anti-franchissements et les locaux sont reliés au centre de supervision urbaine de la ville de Nice. 

Une équipe pluridisciplinaire avec un travailleur social, un psychologue, aide les femmes à reprendre confiance, à retrouver une autonomie. Il y a aussi des activités pour les enfants avec des lectures de contes, une sortie une fois par an, bientôt une fête de Noël. 

Amira est passée par les difficultés, elle explique avoir été sous l'emprise de son ex-compagnon. Après de nombreuses plaintes et un divorce, cette maman d'un petit garçon de six ans se sent aujourd'hui libérée, "j'ai quitté le domicile conjugal,  je me suis battue pour pouvoir m'en sortir, j'ai surmonté mes peurs". Elle a ouvert un institut de beauté et propose aux femmes de la résidence des ateliers de mise en beauté "pour reprendre confiance en elles". 

Maty Diouf, ajointe au maire de Nice, déléguée aux droits des femmes insiste sur l'importance de cette solution d'hébergement pour les femmes vulnérables. 

Maty Diouf

Les résidentes ont reçu la visite de Christian Estrosi en début de semaine. Le maire de Nice avec qui elles ont pu échangé durant une heure sur leur situation, leurs attentes, promet qu'un renfort sur le plan psychologique sera apporté aux victimes de violences conjugales qui se présentent dans les structures d'accueil. 

Christian Estrosi, le maire de Nice

La ville dispose aussi d'un accueil de jour d'urgence, l'Abri Côtier, où les femmes victimes peuvent se signaler. L'Abri-Côtier est joignable au 04 97 13 39 46.

La ligne d'écoute nationale  dédiée aux victimes de violences conjugales est le 3919.

Elles étaient une cinquantaine à braver les intempéries samedi pour manifester jusque devant le Palais de Justice de Nice pour défendre les femmes  - Aucun(e)
Elles étaient une cinquantaine à braver les intempéries samedi pour manifester jusque devant le Palais de Justice de Nice pour défendre les femmes - Nous Toutes 06 -groupe Facebook
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu