Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Une sage femme de Guéret radiée suite à des complications lors de deux accouchements à domicile

-
Par , France Bleu Creuse, France Bleu

Une sage-femme creusoise vient d'être radiée le 31 janvier dernier par l'Ordre des sages-femmes. Elle est sanctionnée suite à des complications lors de deux accouchements à domicile. Rose Faugeras a décidé de faire appel.

Une sage-femme vient d'être radiée de l'ordre des sages-femmes. Elle est sanctionnée suite à deux accouchements qui se sont mal passés.
Une sage-femme vient d'être radiée de l'ordre des sages-femmes. Elle est sanctionnée suite à deux accouchements qui se sont mal passés. © Maxppp - HOTOPQR/LA NOUVELLE REPUBLIQUE

Le 31 janvier, la sanction est tombée. Rose Faugeras, un sage-femme installée depuis cinq ans à Guéret est radiée par l'Ordre des sages-femmes par la Chambre disciplinaire interrégionale de Toulouse. La jeune praticienne se voit reprocher des manquements lors de deux accouchements à domicile en janvier 2017 et mai 2018

" Je ne comprends pas cette décision. Je trouve cela excessif sachant que ces deux patientes et leur bébé vont bien.", assure Rose Faugeras. En avril 2019, l'ARS décide d'alerter et porte plainte. L'Agence de Santé de Nouvelle-Aquitaine assure que lors de ces accouchements, Rose Faugeras n'aurait, notamment pas appelé à temps les secours. Des problèmes d'hygiène lui sont aussi reprochés. Les deux patientes concernées ont développé une infection dans les heures qui ont suivi leur accouchement " ayant pu entraîner leur mort ", assure l'ARS. 

De son côté, la sage-femme assure qu'elle a fait le nécessaire. " Est-ce que l'on sait comment se passe réellement un accouchement à domicile ? ", se demande-t-elle. "J'ai aidé à plus de 250 accouchements dans ma carrière. Ce sont les deux seuls cas où il y a eu des complications. Ces infections peuvent aussi arriver à l'hôpital ", ajoute Rose Faugeras.  

Le procès de l'accouchement à domicile

Après l'annonce de la radiation de la sage-femme, un comité de soutien a été créé par ses ex-patientes.  Rose Faugeras est la seule sage-femme de Creuse à pratiquer les accouchements à domicile. " J'ai accouché deux fois à l'hôpital et cet accouchement chez moi avec Rose a été un bouleversement. Elle nous a apporté de la bienveillance et de la douceur. Elle m'a permis de trouver assez de confiance en moi pour effectuer mon accouchement.", assure Elodie qui a accouché chez elle il  y a un peu plus de deux ans.

Pour Marjolaine, un autre soutien de la jeune femme, c'est un procès contre l'accouchement à domicile. " Je ne comprends pas qu'on puisse s'en prendre a cette sage-femme compétente et empathique. Elle répond à un vrai besoin de notre société. Je pense qu'elle dérange. On veut la faire taire ", assure la jeune femme de 27 ans. 

Une version soutenue par la sage-femme. " Je pense que c'est un procès politique. Je sais qu'il y a un quart des sages-femmes qui pratiquent l'accouchement à domicile qui sont actuellement en procédure. Cette pratique est compliquée au niveau culturel en France. Je pense qu'il est signe de pathologie et de risques"

L'Agence de Santé de Nouvelle-Aquitaine balaye la polémique naissante. " Ce n'est absolument pas le sujet et ça ne le sera jamais ", rappelle Olivier Tenaille, responsable des affaires juridiques à l'Agence de Santé. " Les accouchements à domicile sont légaux. Ce sont les deux seules plaintes que nous avons déposé ces dernières années ". 

Rose Faugeras a décidé de faire appel de cette sanction.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu