Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Une soixantaine d'infirmières en renfort pour la vaccination contre le coronavirus en Dordogne

-
Par , France Bleu Périgord

Le président de la Fédération nationale des infirmiers de Dordogne était l'invité de France Bleu Périgord ce mardi 12 janvier. Il est revenu sur la campagne de vaccination contre le coronavirus en Dordogne.

Trois centres de vaccination ouvrent cette semaine en Dordogne, à Périgueux, Sarlat et Bergerac. Photo d'illustration
Trois centres de vaccination ouvrent cette semaine en Dordogne, à Périgueux, Sarlat et Bergerac. Photo d'illustration © Radio France - Renaud Biondi-Maugey

Trois centres de vaccination ouvrent cette semaine du 11 janvier en Dordogne à Périgueux, Sarlat et Bergerac. La vaccination est gérée par des soignants salariés des hôpitaux mais ils pourraient être aidés par des infirmières libérales. Le président de la Fédération nationale des infirmiers de Dordogne, François Carrière explique sur France Bleu Périgord, ce mardi 12 janvier, qu'une soixantaine d'infirmières se sont portées volontaires et sont disponibles pour venir vacciner dans les centres de vaccinations sur leur temps libre. 

François Carrière, président de la FNI en Dordogne, la Fédération nationale des infirmiers

Ce "réservoir" d'infirmière est prêt affirme François Carrière. Il attend d'être mobilisé mais l'organisation est "compliquée" reconnaît le président de la FNI de Dordogne car la vaccination dépend de plusieurs organismes dont l'Agence régionale de santé. La vaccination est un processus qui prend du temps explique François Carrière car chaque patient doit voir obligatoirement avant un médecin pour une consultation "pré-vaccinale". Dans chaque centre, selon le président de la FNI, il faut pour chaque patient, une infirmière pour recueillir ses données personnelles avant qu'il ne soit examiné par un médecin et vacciné. 

Pour un geste technique très simple, on a un chemin qui est un petit peu long" François Carrière

La FNI favorable à la vaccination par des pharmaciens

La FNI est favorable à la vaccination obligatoire des soignants (infirmiers, médecins, aides à domiciles, des auxiliaires de vies et des aides soignantes) pour permettre d'endiguer l'épidémie de coronavirus mais aussi pour éviter des problèmes de responsabilités en cas de transmission du virus. 

Face à une telle pandémie, on ne peut pas parler d'éthique et de droit à la liberté"

François Carrière estime qu'il faudrait autoriser les pharmaciens à vacciner pour permettre de vacciner pour le plus grand nombre. Pour le moment, la vaccination ne peut être pratiquée uniquement par les infirmiers et les médecins.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess